Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : l'eau coule à nouveau des robinets à Bouaké

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Élections anticipées en Turquie : Erdogan est-il toujours l'homme fort du pays ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Devenir Français, mode d'emploi

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

À la découverte du sanctuaire Pélagos en Méditerranée

En savoir plus

TECH 24

Handigamer : le jeu vidéo pour tous

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidence Macron : l'avalanche de réformes

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Métamorphoses du monde : le multilatéralisme menacé

En savoir plus

FOCUS

Footballers binationaux : le choix du drapeau

En savoir plus

#ActuElles

Roxanne Varza : "C’est le moment pour les femmes de s’investir dans le numérique"

En savoir plus

FRANCE

Affaire Seznec : les fragments d'os retrouvés sont ceux d'un animal

© AFP | Les fragments d'os avaient été retrouvés dans la maison des Seznec à Morlaix, dans le Finistère.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/02/2018

Les fragments d'os retrouvés dans l'ancienne maison des Seznec à Morlaix sont "ceux d'un animal" et non ceux de Pierre Quémeneur, a affirmé mercredi une source proche de l'enquête.

Le rebondissement n'a pas eu lieu. Une source proche de l'enquête a affirmé mercredi 28 février à l'AFP que les fragments d'os retrouvés dans l'ancienne maison des Seznec à Morlaix, dans le Finistère, sont "ceux d'un animal" et non ceux de Pierre Quémeneur, porté disparu en 1923. Le parquet de Brest attend des "résultats officiels" des analyses.

"Je suis dans l'attente de la réponse de l'anthropologue officiellement requis pour statuer" dans l'affaire, a déclaré à l'AFP le procureur de la République de Brest, Jean-Philippe Recappé, interrogé sur l'origine de ces ossements.

L'une des plus retentissantes énigmes judiciaires en France

La découverte de fragments d'os lors de fouilles le week-end dernier avait relancé les espoirs d'élucider l'une des plus retentissantes énigmes judiciaires en France. Sans preuves et sans aveux, Guillaume Seznec avait été condamné en 1924 au bagne à perpétuité pour le meurtre un an plus tôt de ce conseiller général du Finistère, dont le corps n'a jamais été retrouvé.

>> À lire aussi : L'affaire Seznec, symbole "fascinant" des crimes non résolus

C'est pour tenter d'élucider l'énigme qu'un ancien avocat de la famille, Denis Langlois, et l'auteur d'un livre sur l'affaire, Bertrand Vilain, ont lancé des fouilles samedi dans un ancien cellier de la maison. Selon eux, l'élu aurait été tué involontairement par l'épouse du condamné après lui avoir fait des avances.

Après la découverte d'un premier fragment d'os samedi, les fouilles ont été reprises dimanche par la police judiciaire de Rennes saisie d'une enquête par le parquet de Brest. Les premières analyses visuelles des ossements réalisées par un médecin légiste suggéraient qu'il pouvait s'agir d'ossements humains.

Avec AFP

Première publication : 28/02/2018

  • FRANCE

    France : l’affaire Seznec, symbole "fascinant" des crimes non résolus

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)