Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Emmanuel Macron recadre un édutiant qui l'appelle "Manu"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Inondations en Côte d'Ivoire, au moins 18 morts à Abidjan

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants : l'Europe à l'épreuve

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Marine Le Pen : "Jean-Marie Le Pen va mieux"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Marine Le Pen : "Le parlement européen est dans une démarche d'agression, tous nos droits ont été violés"

En savoir plus

FOCUS

VIH en Chine : la jeunesse particulièrement exposée

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ingrid Chauvin et Jimmy Jean-Louis, stars du petit écran

En savoir plus

L’invité du jour

Chef Simon : "Ce n’est plus notre corps qui décide de ce que l’on va manger, mais notre cerveau"

En savoir plus

LE DÉBAT

Colombie : la paix avec les Farc en danger ?

En savoir plus

EUROPE

Allemagne : le gouvernement visé par une cyberattaque en cours

© John MacDougall, AFP | Le ministère des Affaires étrangères fait partie des cibles de la cyberattaque que subit le gouvernement allemand.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/03/2018

Des ministères allemands ont été visés par une cyberattaque, qui est toujours "en cours", a indiqué jeudi un comité parlementaire. Les autorités allemandes n'ont toutefois pas confirmé que des hackers russes soient à l'origine de l'attaque.

Le gouvernement allemand est la cible d'une cyberattaque toujours "en cours", a indiqué jeudi 1er mars un comité parlementaire sur les questions de sécurité, sans toutefois confirmer qu'elle était menée par des hackers russes, comme le supposent plusieurs médias.

 Il s'agit d'une "attaque techniquement ambitieuse et préparée depuis longtemps", a indiqué le ministre de l'Intérieur Thomas de Maizière. Cet "événement grave confirme ce que nous savons déjà: divers acteurs menacent, pour différents motifs, la sécurité informatique" du pays, a-t-il ajouté.

"Il s'agit d'une véritable cyberattaque qui vise une partie du gouvernement (allemand). C'est (...) une attaque qui est toujours en cours", a indiqué le député conservateur Armin Schuster, membre de ce comité, lors d'une brève conférence de presse.

L'affaire avait été révélée mercredi par DPA. Selon l'agence de presse allemande, qui citait des sources anonymes, le groupe russe APT28, également connu sous les noms de Fancy Bears ou Tsar Team, a piraté les systèmes des ministères de la Défense et des Affaires étrangères sur une longue période, au moins un an, et s'est procuré plusieurs données.

Les services de renseignements allemands avaient constaté l'attaque en décembre dernier, toujours selon DPA.

Des hackers russes soupçonnés

"Nous ne pouvons pas aujourd'hui évaluer de façon complète l'étendue des dégâts, cela serait prématuré", a poursuivi jeudi Armin Schuster, membre du parti chrétien-démocrate (CDU) de la chancelière Angela Merkel. Aucun détail supplémentaire ne sera donné afin de ne pas révéler d'informations aux hackers, a-t-il ajouté.

Cette cyberattaque est "sous contrôle", a pour sa part déclaré le secrétaire d'État aux Affaires intérieures, Ole Schröder. "Nous sommes parvenus (...) à isoler et à mettre sous contrôle cette attaque", a-t-il précisé au groupe de journaux régionaux RND.

Selon le député vert Constantin von Notz, membre du comité sur les questions de sécurité, les parlementaires ont pris connaissance de cette attaque via la dépêche de DPA, ce qu'il juge "totalement inacceptable".

Les renseignements allemands, qui redoutaient des cyberattaques l'an passé susceptibles de perturber les législatives du 24 septembre, ont accusé à plusieurs reprises les services secrets russes de mener des campagnes internationales de cyberattaques à des fins d'espionnage et de sabotage, notamment en 2015 contre le Bundestag, la chambre des députés.

Plusieurs campagnes électorales ont été affectées par des piratages informatiques attribués au groupe Fancy Bears, comme aux États-Unis en novembre 2016, contre le Parti démocrate d'Hillary Clinton, ou en France, où des milliers de documents internes de l'équipe du futur président Emmanuel Macron avaient été diffusés sur Internet juste avant le deuxième tour de la présidentielle l'an dernier.

Avec AFP

Première publication : 01/03/2018

  • INFORMATIQUE

    Cybercriminalité : face aux failles Meltdown et Spectre, les entreprises veulent rassurer

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Washington accuse la Corée du Nord d'être à l'origine de la cyberattaque mondiale Wannacry

    En savoir plus

  • EUROPE

    Drogues : l'Europe redoute que le crime organisé investisse le "Darknet"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)