Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire, le PDCI allié de Ouattara rejette un "parti unifié"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Immigration : de l'Espagne aux Etats-Unis en passant par l'Allemagne, les voix s'élèvent

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Royaume" : Yumi et Moonboy, un tandem poétique, électro-pop

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Aux Etats-Unis, la réalité "sinistre" des enfants séparés de leurs parents sans-papiers

En savoir plus

L’invité du jour

Alexandre Mars : "Faire une société dans laquelle le don sera la norme"

En savoir plus

FOCUS

Arménie : les ravages de la corruption sur l'environnement

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Éthiopie : le barrage pharaonique construit sur le Nil

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Je pense, donc je foot"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Fête de la musique : une fête qui résonne au-delà des frontières

En savoir plus

Afrique

Burkina Faso : le groupe jihadiste GSIM revendique les attaques de Ouagadougou

© Ahmed Ouoba, AFP | Des soldats burkinabè patrouillent dans Ouagadougou, le 3 mars 2018.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/03/2018

Un groupe jihadiste a revendiqué, dans un message reçu samedi par une agence mauritanienne, les deux attaques survenues vendredi 2 mars à Ouagadougou, au Burkina Faso. Les attaques ont fait 8 morts parmi les forces de l'ordre burkinabè.

Le groupe Nusrat al-Islam wal-Muslimin (Groupe pour le soutien de l'islam et des musulmans, GSIM) a revendiqué les attaques du vendredi 2 mars à Ouagadougou, affirmant avoir agi en représailles à une opération française au Mali, dans un message parvenu samedi 3 mars à l'agence privée mauritanienne "Al Akhbar".

Ces attaques, contre l'état-major des forces armées du Burkina Faso et l'ambassade de France à Ouagadougou, ont fait huit morts parmi les militaires. Le GSIM, dirigé par le Touareg malien Iyad Ag Ghaly, affirme les avoir commises "en réponse à la mort de plusieurs de ses dirigeants dans un raid de l'armée française dans le nord du Mali il y a deux semaines", selon ce message.

Le 15 février, une vingtaine de jihadistes présumés avaient été "tués ou capturés", selon l'État-Major français, lors d'une opération aérienne et au sol des forces françaises visant le groupe d'Iyad Ag Ghaly dans le nord-est du Mali, à proximité de la frontière avec l'Algérie.

Une autre revendication

À Ouagadougou, huit membres des forces de l'ordre burkinabè ont été tués vendredi et douze blessés sont en état d'urgence absolue, selon un bilan officiel. Aucun ressortissant français n'a été tué ou blessé. Huit assaillants ont été tués au cours des attaques.

Le GSIM avait déjà revendiqué l'attaque qui a coûté la vie à deux militaires français et blessé un troisième le 21 février dans le nord-est du Mali, une zone frontalière du Niger réputée servir de refuge à des groupes jihadistes que la force conjointe du G5 Sahel s'est donnée pour mission de chasser.

Ce groupe jihadiste est responsable d'autres attaques au Mali et lié à l'enlèvement d'au moins six Occidentaux ces dernières années.

Avec AFP

Première publication : 03/03/2018

  • MALI

    Mali : nouvelle preuve de vie de l'otage française Sophie Pétronin

    En savoir plus

  • MALI

    Mort de deux soldats français au Mali : un groupe lié à Al-Qaïda revendique l’attaque

    En savoir plus

  • MALI

    Mali : deux soldats français tués dans l'explosion d'une mine artisanale

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)