Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire, le PDCI allié de Ouattara rejette un "parti unifié"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Immigration : de l'Espagne aux Etats-Unis en passant par l'Allemagne, les voix s'élèvent

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Royaume" : Yumi et Moonboy, un tandem poétique, électro-pop

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Aux Etats-Unis, la réalité "sinistre" des enfants séparés de leurs parents sans-papiers

En savoir plus

L’invité du jour

Alexandre Mars : "Faire une société dans laquelle le don sera la norme"

En savoir plus

FOCUS

Arménie : les ravages de la corruption sur l'environnement

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Éthiopie : le barrage pharaonique construit sur le Nil

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Je pense, donc je foot"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Fête de la musique : une fête qui résonne au-delà des frontières

En savoir plus

Moyen-Orient

Enclave kurde d'Afrin : une frappe turque tue au moins 36 combattants pro-régime

© Omar Haj Kadour, AFP | De la fumée s'élève du village de Deir Ballut, dans la région d'Afrin, en Syrie, suite à l'offensive turque contre les YPG, le 10 février 2018.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/03/2018

L'arrivée de miliciens pro-régime dans l'enclave d'Afrin pour combattre l'armée turque au côté des Kurdes avait fortement déplu à Recep Tayyip Erdogan : au moins 36 de ces combattants ont été tués, samedi, dans un bombardement turc.

Au moins 36 combattants des forces prorégime ont été tués, samedi 3 mars, dans des raids aériens menés par l'aviation turque contre l'enclave kurde d'Afrin, dans le nord-ouest de la Syrie, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme ( OSDH). Ces frappes, menées contre la localité de Kfar Janna, étaient les troisièmes contre des positions des forces loyalistes en 48 heures, a précisé l'OSDH.

Ces milices pro-Assad ont rejoint la région d'Afrin le 20 février, à l'appel des combattants kurdes des Unités de protection du peuple (YPG), encerclés par les soldats turcs participant à l'offensive baptisée "Rameau d'olivier". L'armée turque et les rebelles de l’ASL qui combattent à ses côtés avaient alors tenté de leur faire rebrousser chemin par des tirs d'avertissement. Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, avait menacé le pouvoir syrien de "graves conséquences".

>> À lire sur France 24 : Bataille d’Afrin en Syrie : les forces en présence

"Dans cette affaire, au-delà de l’action de ces milices pro-Assad, le régime soutient incontestablement les Kurdes puisqu’il les a laissés transiter sur son territoire pour rejoindre l'enclave d'Afrin dès le début des combats", a expliqué Wassim Nasr, journaliste de France 24 spécialiste de la région.

Le gouvernement syrien a une relation complexe et ambiguë avec les Kurdes de Syrie, qui ont établi trois cantons autonomes – dont celui d'Afrin – dans le nord de la Syrie depuis le début de la guerre civile en 2011.

Avec AFP

Première publication : 03/03/2018

  • SYRIE

    Les YPG "aussi criminelles que l'EI", selon l'ambassadeur turc en France

    En savoir plus

  • SYRIE

    Aux côtés des Kurdes à Afrin : la litigieuse question du retour des combattants français (2/2)

    En savoir plus

  • SYRIE

    Bataille d’Afrin en Syrie : les forces en présence

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)