Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire, le PDCI allié de Ouattara rejette un "parti unifié"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Immigration : de l'Espagne aux Etats-Unis en passant par l'Allemagne, les voix s'élèvent

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Royaume" : Yumi et Moonboy, un tandem poétique, électro-pop

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Aux Etats-Unis, la réalité "sinistre" des enfants séparés de leurs parents sans-papiers

En savoir plus

L’invité du jour

Alexandre Mars : "Faire une société dans laquelle le don sera la norme"

En savoir plus

FOCUS

Arménie : les ravages de la corruption sur l'environnement

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Éthiopie : le barrage pharaonique construit sur le Nil

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Je pense, donc je foot"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Fête de la musique : une fête qui résonne au-delà des frontières

En savoir plus

EUROPE

Les Italiens votent après une campagne aux accents populistes

© Andreas Solaro, AFP | Un assesseur insère un bulletin de vote dans l'urne d'un bureau à Rome, le 4 mars 2018.

Vidéo par Natalia MENDOZA

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/03/2018

En Italie, les élections législatives de dimanche ne devraient pas permettre de dégager une majorité absolue au Parlement, bien que les sondages prédisent une avance confortable à l’alliance de droite et d’extrême-droite Forza Italia-Ligue du Nord.

Plus de 46 millions d'Italiens sont appelés à voter, dimanche 4 mars, à l'issue d'une campagne marquée par le retour sur le devant de la scène de Silvio Berlusconi et la vigueur des mouvements populistes tels que la Ligue et le Mouvement Cinq Etoiles.

À la sortie des bureaux de vote, nombre d'électeurs se montrent amers, au terme d'une campagne aux accents parfois violents, dominée par les questions liées à l'immigration, l'insécurité ou la faiblesse de la reprise économique en Italie. "Cette campagne a été complexe et assez sordide, y compris de la part du parti pour lequel j'ai voté", résume Mirko Canali, coiffeur de 24 ans, électeur du Parti démocrate (PD, centre gauche) du gouvernement sortant.

À 19 h (18 h GMT), le taux de participation était d'environ 58 %. C'est dix points de plus qu'en 2013, mais le scrutin avait alors été organisé sur deux jours. Dimanche, de longues files d'attente ont été signalées à travers le pays, en raison de l'affluence mais aussi d'une procédure de vote compliquée.

Si la plupart des responsables politiques ont voté dans le calme, Silvio Berlusconi a eu la surprise de voir une militante Femen se dresser sur la table de son bureau de vote. "Berlusconi, tu es périmé", proclamait le message sur son torse nu.

Pas de résultat clair avant lundi soir

Les bureaux de vote, qui ont ouvert à 7 h (6 h GMT), ont fermé à 23 h (22 h GMT). Tous les électeurs doivent élire 630 députés via un bulletin rose. Ceux qui ont plus de 25 ans recevront aussi un bulletin jaune pour choisir les 315 sénateurs.

Compte tenu de la complexité du nouveau système électoral, qui combine scrutin proportionnel et majoritaire, les sondages de sortie des urnes ne donneront qu'une indication du rapport de forces : il faudra attendre tard dans la nuit pour avoir une indication de la composition du futur Parlement.

Car si la coalition de droite/extrême droite est donnée en tête de ce scrutin, elle est loin d'être certaine de pouvoir gouverner. Selon les experts, le seuil pour obtenir la majorité des sièges est de 40 % à 45 %.

Or, les derniers sondages disponibles, datant d'il y a deux semaines, plaçaient la coalition en tête avec 37 % des intentions de vote, dont 17 % pour Forza Italia, le parti de Silvio Berlusconi, et 13 % pour la Ligue de Matteo Salvini (extrême droite). Un renversement de ce rapport de forces, auquel le chef de la Ligue veut croire dur comme fer, donne des sueurs froides en Europe.

>> À lire sur France 24 : Analyse - "Silvio Berlusconi, le roi devenu faiseur de roi"

"À partir de lundi, c'est la Ligue qui gouvernera le pays", a ainsi assuré Matteo Salvini en clôturant sa campagne vendredi soir à Milan, tout en reprenant les attaques contre les migrants et contre Bruxelles.

L'alliance entre Silvio Berlusconi, 81 ans, et Matteo Salvini, 44 ans, est une première dans l'Union européenne, a dénoncé Matteo Renzi, ancien Président du Conseil (2014-2016) et chef du Parti démocrate (PD, centre gauche), vendredi soir.

"Je le dis aux électeurs de la gauche radicale et aussi aux modérés : seul le vote en faveur du PD garantit de ne pas laisser ce pays aux mains de Matteo Salvini", a-t-il averti, brandissant aussi la menace d'une alliance post-électorale entre la Ligue et les populistes du Mouvement Cinq Etoiles (M5S), qui officiellement s'en défendent.

"Fin de l'opposition"

Vendredi, le M5S a clôturé sa campagne en se disant certain cette fois de l'emporter.

"Ce soir, c'est la fin de la période d'opposition et c'est le début de la période gouvernementale" du M5S, a assuré Luigi Di Maio, le jeune candidat du Mouvement au poste de chef du gouvernement.

>> À lire sur France 24 : Reportage - "À Turin, le mouvement contestataire 5 étoiles à l’épreuve du pouvoir"

Fondé en 2009 par le comique Beppe Grillo, le M5S avait créé la surprise en raflant un quart des voix en 2013 et pourrait devenir le premier parti du pays, même s'il lui faudrait probablement se résoudre à des alliances pour gouverner.

Dans le cadre de cette campagne, les forces en présence ont multiplié les promesses : baisses massives des impôts, expulsions de centaines de milliers d'immigrés clandestins, revenu garanti pour les plus pauvres et avancement de l'âge de départ en retraite. Chacun pouvait y trouver son compte, sans forcément y croire.

Enchaînant les interviews vendredi soir, Silvio Berlusconi a ainsi promis de créer 500 000 emplois dans le Sud, avec l'appui d'Antonio Tajani, actuel président du Parlement européen, qu'il a choisi pour diriger le gouvernement en cas de victoire. Le vieux milliardaire est lui-même interdit de toute fonction publique jusqu'en 2019 après une condamnation pour fraude fiscale.

"C'était pénible, parce que cette campagne a manqué de clarté. Il y a des programmes qui sont, selon moi, irréalisables. Donc, j'ai la sensation qu'ils essaient de nous convaincre sur quelque chose qui n'est pas possible", a jugé Franco, un Italien interrogé samedi 3 mars à Florence.

Première publication : 04/03/2018

  • ITALIE

    Italie : à Turin, le mouvement contestataire 5 étoiles à l’épreuve du pouvoir

    En savoir plus

  • ITALIE

    Italie : Silvio Berlusconi, le roi devenu faiseur de roi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)