Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Emmanuel Macron recadre un édutiant qui l'appelle "Manu"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Inondations en Côte d'Ivoire, au moins 18 morts à Abidjan

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants : l'Europe à l'épreuve

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Marine Le Pen : "Jean-Marie Le Pen va mieux"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Marine Le Pen : "Le parlement européen est dans une démarche d'agression, tous nos droits ont été violés"

En savoir plus

FOCUS

VIH en Chine : la jeunesse particulièrement exposée

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ingrid Chauvin et Jimmy Jean-Louis, stars du petit écran

En savoir plus

L’invité du jour

Chef Simon : "Ce n’est plus notre corps qui décide de ce que l’on va manger, mais notre cerveau"

En savoir plus

LE DÉBAT

Colombie : la paix avec les Farc en danger ?

En savoir plus

FRANCE

Mayotte : les mairies fermées pour protester contre l'insécurité

© Ornella Lamberti, AFP | Mayotte est secouée depuis le 20 février par un mouvement de contestation contre l'insécurité.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/03/2018

Les mairies de l'île française de Mayotte ont fermées lundi afin de protester contre l'insécurité dans le cadre de la contestation sociale qui secoue l'île. Pour le président LR en visite, Laurent Wauquiez, l'île est abandonnée par Emmanuel Macron.

Les maires des 17 communes de l'île de Mayotte ont décidé de fermer les portes de leur mairie à partir du lundi 5 mars, en soutien au mouvement social qui touche l'île. Interviewé par RFI, le président des Républicains (LR), Laurent Wauquiez, en déplacement sur l'île, dénonce un abandon du département d'outre-mer de la part du gouvernement français.

>> À lire aussi : La plaisanterie de Macron sur les migrants comoriens passe mal

Mayotte est secouée depuis le 20 février par un mouvement de contestation populaire contre l'insécurité. La ministre des Outre-mer Annick Girardin a annoncé la semaine dernière l'arrivée imminente de deux pelotons de gendarmerie et confirmé la création prochaine d'une zone de sécurité prioritaire. Elle a aussi annoncé la nomination progressive de vingt gendarmes supplémentaires et a dit travailler à "un plan de sécurisation des établissements et transports scolaires".

Le préfet de Mayotte a communiqué samedi autour de cette ébauche du plan de sécurisation des établissements et des transports scolaires. Un plan que les habitants de l'île jugent insuffisant. La réunion entre le préfet et les maires de l'île a tourné court. Ces derniers ont remis au représentant de l'État une motion "pour dire le mécontentement des Mahorais" et annoncer la fermeture des mairies avant de quitter la réunion, selon Anchya Bamana, le maire de Sada (ouest).

"Les Mahorais ont très mal pris que le préfet n'ait pas les moyens de les sécuriser mais qu'il ait les moyens de sécuriser le service des migrations et de l'intégration", a réagi Anchya Bamana. Le maire faisait référence à la mise en sécurité de ce service par les forces de l'ordre depuis de violentes bousculades entre manifestants et forces de l'ordre le 21 février.

Laurent Wauquiez met en cause l'immigration non maîtrisée

En déplacement sur l'île après deux jours à La Réunion, le président des Républicains (LR), Laurent Wauquiez, a estimé que Mayotte est "abandonnée" par Emmanuel Macron.

"Une dizaine de renforts supplémentaires pour assurer la protection des frontières contre l'immigration illégale, devenue totalement immaîtrisée ? Une vingtaine d'effectifs à peine de gendarmerie en plus, et encore, qu'on nous annonce arriver au compte-goutte ? (...) Je pense que ces gens-là ne mesurent pas la situation extrêmement difficile dans laquelle est plongée l'île", a développé le président de LR.

"Mayotte est submergée par une immigration illégale qui n'est pas gérée", a dit Laurent Wauquiez. "On ne peut plus continuer à accueillir à Mayotte autant de personnes qui viennent de l'ensemble des Comores et de toutes les îles qui sont autour. Et le devoir de la République, c'est d'abord de s'occuper des siens. De s'occuper de ses enfants, de ceux qui sont les citoyens de notre pays."

Pour Laurent Wauquiez, la législative partielle prévue le 18 mars est "d'abord un enjeu pour les Mahorais", mais aura valeur de "symbole" : "Le message que les outre-mer vont envoyer au gouvernement, au président de la République. En disant : ça fait un an, vous nous avez beaucoup amusés avec les Assises de l'outre-mer et il n'y a eu que des décisions négatives à ce stade".

Avec AFP

Première publication : 05/03/2018

  • FRANCE

    Diesel, santé, Mayotte : ce qui change en France au 1er janvier 2018

    En savoir plus

  • COMORES

    Polémique sur les "kwassa-kwassa" : Macron et son homologue comorien prônent "l'apaisement"

    En savoir plus

  • FRANCE

    La plaisanterie de Macron sur les migrants comoriens passe mal

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)