Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle malienne, la Cour constitutionnelle valide la victoire d'IBK

En savoir plus

LE DÉBAT

8 ans après, Athènes tourne la page des plans d'aide

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taysir Batniji : "Mes cousins palestiniens exilés aux États-Unis se sentent Américains"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les Vénézuéliens face à l’hyperinflation

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La Grèce, ses blessures fermées, et celles qui restent ouvertes"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

Moyen-Orient

Élan de solidarité international pour le combat des Iraniennes contre le port du voile

© @AlinejadMasih | Des femmes brandissent des foulards pour soutenir le mouvement de protestation des femmes en Iran.

Texte par Ségolène ALLEMANDOU

Dernière modification : 07/03/2018

À l'occasion de la Journée internationale des femmes jeudi, des citoyennes du monde entier se mettent en scène avec un foulard sur les réseaux sociaux. Objectif : donner de la voix aux Iraniennes qui protestent contre le port du voile.

Elles sont Turques, Arméniennes, ou Pakistanaises et veulent afficher leur soutien aux Iraniennes du mouvement #GirlsofRevolutionStreet. Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, quelques femmes d'Istanbul ont défilé tête nue dans un marché, un hijab à la main.

En Arménie, des citoyennes se sont prises en photo devant l'université d'Erevan, tenant aussi un foulard pour la Journée internationale des droits des femmes. "On sensibilise sur les femmes d'Enghelab [du nom de la rue où les femmes ont commencé à protester à Téhéran] et on veut que vous sachiez que la jeunesse arménienne est à vos côtés", commente l’une d’elles. "Restez dévouées et courageuses dans votre combat !"

Même mise en scène au Pakistan, où des femmes s'affichent avec un foulard à la main.

Plus de 200 vidéos en quelques semaines

Tous ces clichés et vidéos ont été recueillis sur la plateforme #WhiteWednesdays, qui fait campagne depuis mai 2017 contre le port du voile obligatoire pour les femmes en Iran. Ils font écho à l'arrestation de la Téhéranaise Vida Movahed fin décembre qui, tête nue, était montée sur une armoire électrique rue d'Enghelab ("révolution", en persan) en arborant son voile au bout d'une perche. Si elle a été libérée depuis, une trentaine d'autres Iraniennes ont été arrêtées pour avoir défié en public cette règle vieille de près de 40 ans.

>> À lire aussi : Privées de match de foot sous les yeux du président de la Fifa, les Iraniennes s'insurgent

Avant la révolution islamique de 1979, de nombreuses Iraniennes portaient des tenues de style occidental, y compris des minijupes et des hauts à manches courtes. Depuis l'arrivée au pouvoir de l'ayatollah Khomeini, la loi leur impose de sortir tête voilée et le corps couvert d'un vêtement ample plus ou moins long. Mais cette législation a toujours fortement divisé la société.

Violence des forces de l'ordre

Pas étonnant que la campagne menée par la fondatrice du mouvement #WhiteWednesdays, Masih Alinejah, sur les réseaux sociaux ait attiré un nombre considérable d'internautes : plusieurs centaines de vidéos filmées en Iran visionnées, dont certaines "aimées" par 25 000 utlisateurs de Facebook. La plupart des images illustrent la force et parfois la violence des forces de l'ordre envers les contestataires.

Dernière en date : fin février, une femme qui manifestait contre le voile a été brutalement éjectée par un policier du support où elle se tenait. Selon la fondatrice du mouvement, Masih Alinejah, exilée aux États-Unis depuis plusieurs années, la jeune femme "a été arrêtée et tabassée en détention".

Les autorités iraniennes ont réagi par la voix de la vice-présidente chargée des femmes et de la famille, affirmant qu'elle n'approuvait pas l'"usage de la force" pour faire respecter l'obligation faite aux femmes de porter le voile dans l'espace public.

>> À lire aussi : "Débat sur le port obligatoire du voile en Iran : 'L'État iranien est un État sexiste'"

Autre signe d'apaisement à quelques jours de la Journée internationale du droit des femmes : la libération sous caution d'un des visages de la contestation citoyenne Shima Babaei, dimanche 4 mars. L’avocate avait été arrêtée le 2 février dernier avec son époux pour avoir ôté son voile devant un tribunal.

Toutes ces femmes qui ont osé se montrer en public la tête dévoilée encourent une peine de 10 ans d’emprisonnement pour incitation à la prostitution.

Première publication : 07/03/2018

  • FOOTBALL

    Privées de match de foot sous les yeux du président de la Fifa, les Iraniennes s'insurgent

    En savoir plus

  • CULTURE

    Après trois ans de négociations, des œuvres du Louvre exposées à Téhéran

    En savoir plus

  • IRAN

    Débat sur le port obligatoire du voile en Iran : "L’État iranien est un État sexiste"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)