Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Madagascar : la justice exige la nomination d'un gouvernement d'union nationale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Irlande: référendum historique sur l'avortement

En savoir plus

TECH 24

VivaTech 2018 : Paris veut s'imposer sur la mappemonde du numérique

En savoir plus

BILLET RETOUR

La bataille et ses héros en mémoire, Kobané se reconstruit

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

En Guadeloupe, les papilles des Antilles

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Coalition populiste en Italie : une nouvelle crise en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Données personnelles : qui a peur du RGPD ?

En savoir plus

#ActuElles

Salvador : en prison pour une fausse couche

En savoir plus

MODE

Anti_Fashion, mais pas anti-mode !

En savoir plus

REPORTERS

Un reportage long format tourné par nos reporters ou nos correspondants aux quatre coins du monde. Le samedi à 21h10. Et dès le vendredi, en avant-première sur internet!

Dernière modification : 09/03/2018

Reportage exclusif : Séoul, le prix de la liberté pour les Nord-Coréens en fuite

© France 24

Alors que Kim Jong-un et Donald Trump ont pris tout le monde de court en acceptant, vendredi, de se rencontrer, nous sommes allés à la rencontre de Nord-Coréens qui ont fui la dictature de Pyongyang. Chaque année, ils sont des centaines à s’enfuir, au péril de leur vie. Pendant plus d’un an, nous avons suivi deux jeunes femmes dans leur périple vers le Sud. Elles sont passées par la Chine, puis le Laos, avant de gagner enfin l’eldorado sud-coréen. Un voyage à hauts risques vers la liberté.

Chaque année, des centaines de Nord-Coréens tentent, au péril de leur vie, de gagner la Chine. Tout au nord du pays, le prix de la liberté passe par les fleuves Yalu et Tumen, dont il faut traverser à la nage les eaux gelées pour tenter de gagner l’autre rive. Mais pour les rares personnes qui parviennent à atteindre le territoire chinois, les espoirs sont rapidement déçus.

>> Reporters : "En Chine, célibataires par millions cherchent épouses désespérément"

C’est le cas de Mina et Sung Hee, 23 et 25 ans, que nous avons suivies pendant plus d'un an. Une fois arrivées en Chine, elles ont été vendues par des trafiquants et mariées de force à des paysans chinois. Après trois et cinq ans d’une vie misérable dans la clandestinité d’une province rurale, les deux jeunes femmes décident de s’enfuir et de gagner la Corée du Sud. Nous les retrouvons à Pékin, où elles sont chaperonnées par Kim, une autre réfugiée nord-coréenne, qui a fui le régime de Pyongyang en 1999. Une ONG sud-coréenne leur a fourni de faux papiers d’identité.

Pour gagner l’eldorado sud-coréen, la route est longue et passe par le Laos, bien loin au sud de la Chine : 4 000 kilomètres en train, en bus, en voiture et à pieds les attendent. Un voyage de plusieurs jours, la peur au ventre. En Chine, les fugitifs nord-coréens, dont le nombre est estimé à 200 000, sont traqués par les autorités. Si la police venait à les surprendre, Mina et Sung Hee seraient immédiatement renvoyées dans leur pays d’origine, où elles risquent la torture. Un billet retour pour l’enfer.

Métamorphose

Après avoir traversé l’immensité du territoire chinois en train et en bus, échappant aux fréquents contrôles de police, les deux jeunes femmes doivent désormais franchir la frontière avec le Laos. Escortées par des passeurs, elles marchent plusieurs heures à travers la jungle, avant d’atteindre enfin Vientiane, la capitale. Là-bas, elles retrouvent le pasteur Chun Ki-won, à l’origine de leur fuite. Depuis 20 ans, cet homme a organisé la fuite de plus d’un millier de Nord-coréens depuis la Chine. Les deux jeunes femmes, enfin libres, se réfugient enfin à l’ambassade de Corée du Sud à Vientiane, en attendant l’asile politique.

Moins d’un après leur fuite, nous avons retrouvé Sung Hee à Séoul, la capitale sud-coréenne. La jeune femme est métamorphosée. Son destin relève d’un scénario hollywoodien : Sung Hee est devenue chroniqueuse dans une émission de télévision populaire, qui raconte le difficile quotidien chez le voisin du Nord. En un an, celle qui était l'esclave d’un paysan chinois au lendemain de sa fuite est devenue une célébrité.

La jeune femme a réalisé son rêve d'une vie meilleure, mais pour elle comme pour beaucoup de transfuges, il n’est pas facile de s’intégrer dans une société sud-coréenne matérialiste et individualiste, aux antipodes des valeurs de son pays d’origine. Si elle se sent enfin libre, Sung Hee craint parfois d’être retrouvée et enlevée par les services de Pyongyang.

Par Brando BARANZELLI , Olivier PONTHUS , Vincent REYNAUD

Les archives

25/05/2018 Mai 68

"Les bruits couraient qu'il allait y avoir une guerre civile" : Mai 68 vu de l'étranger

En mai 1968, le mouvement étudiant français ressemble à ceux des pays voisins... jusqu'à ce que la grève générale paralyse le pays. Le Quai d'Orsay reçoit alors de nombreux...

En savoir plus

18/05/2018 Moyen-Orient

Au delà du conflit : carnet de route dans l'Israël d'aujourd'hui

Souvent au cœur de l'actualité, Israël ne se résume pas au conflit avec les Palestiniens. C'est un État encore jeune mais très développé, une terre sainte pour trois grandes...

En savoir plus

11/05/2018 Territoires palestiniens

Palestine, l'État second

À quoi ressemble la vie en Cisjordanie sous l’occupation israélienne ? Nous nous sommes rendus sur place, dans la zone C, à la rencontre de femmes et d’hommes qui vivent sur des...

En savoir plus

13/04/2018 Amériques

Vidéo : du Brésil au Canada, la nouvelle route de l'exil africain

On la surnomme "la route de la mort". Chaque année, des milliers de migrants en quête d'une vie meilleure traversent dix pays, du Brésil au Canada. Ils viennent de Cuba, du...

En savoir plus

27/04/2018 FRANCE

Vidéo : la Légion étrangère, l'exception française

Nimbée d'une aura de prestige et de mystère, la Légion étrangère est redoutée des ennemis de la France et parfois enviée par ses alliés. Son mode de fonctionnement est unique :...

En savoir plus