Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INFO ÉCO

Tournée africaine de Xi Jinping : la Chine toujours plus présente sur le sol africain

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Affaire Benalla : l'Élysée au cœur de la tempête

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bianca Jagger : "Ortega a trahi la révolution sandiniste du Nicaragua"

En savoir plus

LE DÉBAT

Turquie : quelles libertés après l'état d'urgence ?

En savoir plus

POLITIQUE

Soupçons d'Ingérence russe : l'étrange volte-face de Donald Trump

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Pascal Pavageau : "Vous ne pouvez pas avoir raison tout seul, tout le temps"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Donald Trump : la volte-face

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Ant-man et la Guêpe" : un Marvel au féminin

En savoir plus

FOCUS

Espagne : dans l'enfer des exploitations de fraises

En savoir plus

REPORTERS

Un reportage long format tourné par nos reporters ou nos correspondants aux quatre coins du monde. Le samedi à 22h10. Et dès le vendredi, en avant-première sur internet!

Dernière modification : 09/03/2018

Reportage exclusif : Séoul, le prix de la liberté pour les Nord-Coréens en fuite

© France 24

Alors que Kim Jong-un et Donald Trump ont pris tout le monde de court en acceptant, vendredi, de se rencontrer, nous sommes allés à la rencontre de Nord-Coréens qui ont fui la dictature de Pyongyang. Chaque année, ils sont des centaines à s’enfuir, au péril de leur vie. Pendant plus d’un an, nous avons suivi deux jeunes femmes dans leur périple vers le Sud. Elles sont passées par la Chine, puis le Laos, avant de gagner enfin l’eldorado sud-coréen. Un voyage à hauts risques vers la liberté.

Chaque année, des centaines de Nord-Coréens tentent, au péril de leur vie, de gagner la Chine. Tout au nord du pays, le prix de la liberté passe par les fleuves Yalu et Tumen, dont il faut traverser à la nage les eaux gelées pour tenter de gagner l’autre rive. Mais pour les rares personnes qui parviennent à atteindre le territoire chinois, les espoirs sont rapidement déçus.

>> Reporters : "En Chine, célibataires par millions cherchent épouses désespérément"

C’est le cas de Mina et Sung Hee, 23 et 25 ans, que nous avons suivies pendant plus d'un an. Une fois arrivées en Chine, elles ont été vendues par des trafiquants et mariées de force à des paysans chinois. Après trois et cinq ans d’une vie misérable dans la clandestinité d’une province rurale, les deux jeunes femmes décident de s’enfuir et de gagner la Corée du Sud. Nous les retrouvons à Pékin, où elles sont chaperonnées par Kim, une autre réfugiée nord-coréenne, qui a fui le régime de Pyongyang en 1999. Une ONG sud-coréenne leur a fourni de faux papiers d’identité.

Pour gagner l’eldorado sud-coréen, la route est longue et passe par le Laos, bien loin au sud de la Chine : 4 000 kilomètres en train, en bus, en voiture et à pieds les attendent. Un voyage de plusieurs jours, la peur au ventre. En Chine, les fugitifs nord-coréens, dont le nombre est estimé à 200 000, sont traqués par les autorités. Si la police venait à les surprendre, Mina et Sung Hee seraient immédiatement renvoyées dans leur pays d’origine, où elles risquent la torture. Un billet retour pour l’enfer.

Métamorphose

Après avoir traversé l’immensité du territoire chinois en train et en bus, échappant aux fréquents contrôles de police, les deux jeunes femmes doivent désormais franchir la frontière avec le Laos. Escortées par des passeurs, elles marchent plusieurs heures à travers la jungle, avant d’atteindre enfin Vientiane, la capitale. Là-bas, elles retrouvent le pasteur Chun Ki-won, à l’origine de leur fuite. Depuis 20 ans, cet homme a organisé la fuite de plus d’un millier de Nord-coréens depuis la Chine. Les deux jeunes femmes, enfin libres, se réfugient enfin à l’ambassade de Corée du Sud à Vientiane, en attendant l’asile politique.

Moins d’un après leur fuite, nous avons retrouvé Sung Hee à Séoul, la capitale sud-coréenne. La jeune femme est métamorphosée. Son destin relève d’un scénario hollywoodien : Sung Hee est devenue chroniqueuse dans une émission de télévision populaire, qui raconte le difficile quotidien chez le voisin du Nord. En un an, celle qui était l'esclave d’un paysan chinois au lendemain de sa fuite est devenue une célébrité.

La jeune femme a réalisé son rêve d'une vie meilleure, mais pour elle comme pour beaucoup de transfuges, il n’est pas facile de s’intégrer dans une société sud-coréenne matérialiste et individualiste, aux antipodes des valeurs de son pays d’origine. Si elle se sent enfin libre, Sung Hee craint parfois d’être retrouvée et enlevée par les services de Pyongyang.

Par Brando BARANZELLI , Olivier PONTHUS , Vincent REYNAUD

Les archives

13/07/2018 Afrique

Centrafrique : à la rencontre des ex-rebelles putschistes

En Centrafrique, pays déchiré par la guerre, les ex-rebelles putschistes rêvent désormais d'indépendance. Les reporters de France 24 James André et Anthony Fouchard sont allés à...

En savoir plus

06/07/2018 Afrique

Djibouti sous l'emprise du khat

À Djibouti, près de la moitié des hommes consomment le khat, des feuilles à mâcher qui constituent une drogue aux effets proches de l'amphétamine. En moyenne, 40 % du budget des...

En savoir plus

29/06/2018 Amériques

Vidéo : à Masaya, bastion de l’insurrection au Nicaragua

Au Nicaragua, 212 personnes ont été tuées dans la vague de contestation inédite qui touche le pays depuis deux mois. Déclenchée le 18 avril par un projet de réforme de la...

En savoir plus

22/06/2018 EUROPE

Vidéo : les opposants turcs traqués jusqu'en Europe

À la veille des élections présidentielle et législatives en Turquie, notre reporter est partie à la rencontre des opposants turcs, peu audibles dans les médias officiels. Depuis...

En savoir plus

15/06/2018 Afrique

Vidéo : la vague à l'âme, l’odyssée des pêcheurs sénégalais en Bretagne

En Bretagne, dans l’Ouest de la France, plusieurs pêcheurs d'origine sénégalaise embarquent au petit matin sur des chalutiers pour rapporter du poisson dans les criées du...

En savoir plus