Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Sommet "Tech For Good" : la "French Tech" a-t-elle le vent en poupe ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Solo, a Star Wars story" : à l’origine du mythe

En savoir plus

FACE À FACE

Macron et les banlieues : une vision libérale ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Un archevêque australien condamné pour avoir couvert un pédophile"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Les marchés financiers inquiets pour l'Italie

En savoir plus

L’invité du jour

Marc Hecker : "Il faut faire plus sur la prévention de la radicalisation"

En savoir plus

FOCUS

Le divorce bientôt légal aux Philippines ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Mark Zuckerberg: "Opération contrition"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Opération antiterroriste au Burkina Faso : trois "présumés jihadistes" abattus

En savoir plus

Afrique

Les Tunisiennes dans la rue pour réclamer l'égalité dans l'héritage

© Fethi Belaïd, AFP | Des centaines de femmes ont pris part à la manifestation en faveur de l'égalité des sexes dans l'héritage, samedi 10 mars 2018, à Tunis.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/03/2018

Plus d’un millier de personnes venues de toute la Tunisie ont manifesté samedi 10 mars dans la capitale pour réclamer l'égalité en matière d'héritage. La loi prévoit que les hommes héritent du double de ce qui est légué aux femmes.

Plus d’un millier de personnes ont manifesté samedi 10 mars à Tunis pour réclamer l'égalité des sexes en matière d'héritage. Dans la foule, composée principalement de femmes venues de toute la Tunisie, les participants scandaient que cette égalité était "un droit, pas une faveur".

"C'est un des derniers bastions du patriarcat" dans la loi tunisienne, estime Sana Ben Achour, universitaire et présidente d'une association de soutien aux femmes, Beity. "Il faut qu'il y ait une égalité des droits puisque cela a été prévu par la Constitution" votée dans la foulée de la révolution de 2011, souligne-t-elle.

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi a relancé en août dernier le débat sur cette question sensible, jugeant que la Tunisie se dirigeait inexorablement vers l'égalité "dans tous les domaines".

>> À voir : Tunisie : la parité hommes-femmes imposée aux élections municipales

Politique des petits pas

Instaurer cette égalité impliquerait de modifier le code successoral afin que les hommes n'héritent plus systématiquement du double de ce qui est légué aux femmes, une mesure fondée sur le droit islamique.

Cette question reste tabou dans le monde arabe, et plusieurs sondages laissent entendre qu'une majorité de Tunisiens sont opposés à l'égalité en matière d'héritage.

L'égalité en matière d'héritage est un des dossiers confiés à la commission pour les libertés individuelles, mise sur pied par la présidence pour réformer lois, directives et autres textes entravant ces libertés.

Son rapport initialement prévu en février, et repoussé à juin, devrait préconiser une politique des petits pas, a indiqué un membre de cette commission sous couvert de l'anonymat.

La commission pourrait ainsi proposer aux familles qui le souhaitent de pouvoir choisir de répartir "également" l'héritage entre fils et filles, sans imposer cette égalité dans la loi.

Avec AFP

Première publication : 11/03/2018

  • TUNISIE

    Tunisie : cinq ans après l'assassinat de l'opposant Chokri Belaïd, sa famille "veut la vérité"

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Emmanuel Macron annonce un soutien renforcé à la démocratie tunisienne

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Tunisie : "Quel avenir pour un pays qui laisse ses jeunes se déscolariser ?"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)