Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Espagne : dans l'enfer des exploitations de fraises

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Ortega Basta"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Google à l'amende pour "abus de position dominante" : les leçons du cas Microsoft

En savoir plus

LE DÉBAT

Nicaragua : la fuite en avant d'Ortega

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Paul Sanchez est revenu" et "Fleuve noir" : noir, c'est noir

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Israël, "État-nation du peuple juif" : un projet de loi controversé

En savoir plus

FOCUS

Pour trouver un emploi, les jeunes Chinoises passent sous le bistouri

En savoir plus

FACE À FACE

Mondial-2018 : une victoire pour les Bleus... et Emmanuel Macron ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Michel Sidibé : "On a une crise au niveau de la prévention" du sida

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Grands titres, éditos, photos et dessins du jour... Nos chroniqueurs passent en revue les Unes de la presse française et étrangère, ainsi que les débats qui l’alimentent. Du lundi au vendredi à 7h15 et 9h15.

Dernière modification : 12/03/2018

"Le sacre de l'empereur Xi Jinping"

© France 24

Au menu de cette revue de presse internationale, lundi 12 mars, le vote du parlement chinois abolissant la limite de deux mandats présidentiels, la prochaine présidentielle en Russie, et la victoire annoncée de Vladimir Poutine. La reconduction de Marine Le Pen à la tête du Front national en France. Et un match de foot qui a mal fini, hier, en Grèce.

<span><span>Le + </span></span>: Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre <span><span>i</span></span><span>Phone</span> ou sur <span>tout autre mobile</span>. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur <span>Facebook</span>

 

On commence cette revue de presse internationale en Chine, où le parlement a voté hier en faveur d’une révision de la constitution, qui permet au président Xi Jinping de se maintenir au pouvoir à vie.

En abolissant la limite de deux mandats présidentiels, les députés chinois ont voté en faveur d’un «renforcement de la direction du parti», et d’une poursuite des réformes sociales, politiques, diplomatiques et militaires, d’après The Global Times, qui a choisi de montrer à la une une élue en train de voter plutôt que le visage de Xi Jinping - une façon de couper l’herbe sous le pied à ceux qui verraient dans cette révision constitutionnelle le «sacre» du président chinois. De mauvais esprits auxquels The Global Times explique que les Occidentaux ne doivent pas se référer à leur propre système pour analyser le changement constitutionnel qui vient d’être adopté. «Ce changement relève des affaires intérieures de la Chine», prévient le quotidien chinois, en mettant en garde les Occidentaux qui chercheraient à jouer les «copilotes» de Pékin, et qui «devraient se montrer plus objectifs et plus modestes face à la longue histoire et à la grande expérience de la Chine».

Pas sûr que l’argument suffise à éteindre les critiques. Un dessin du Times résume les réactions occidentales: on y voit le président Xi Jinping en successeur de Mao assis sur son trône d’empereur, tenant en main un sablier en position horizontale, signe que le temps ne va plus s’écouler pour lui. «Mao and for ever», ironise la légende. Xi Jinping, président maintenant et pour toujours. «La Chine prend une mauvaise direction», critique The Washington Post aux Etats-Unis, en dénonçant à la fois le «mercantilisme prédateur» et la répression politique auxquels se livreraient les autorités chinoises, accusées par le journal français Le Monde d’avoir orchestré un «coup d’Etat constitutionnel». Le quotidien évoque la «consternation confuse» et la «résignation ironique», qui auraient accueilli le vote des députés chinois sur les réseaux sociaux et la «bravoure» des rares dissidents, comme le militant Hu Jia, que la police politique a emmené faire du tourisme en province le temps de la session parlementaire. Sur Twitter, l’ancien prisonnier politique s’est montré, hier, sur un chemin de campagne, brandissant une feuille de papier sur laquelle est écrit: «Je suis contre».

En Russie, la présidentielle aura lieu dimanche prochain - un scrutin qui devrait reconduire Vladimir Poutine, au pouvoir depuis 1999. Cette victoire annoncée se double toutefois d’une inconnue, le taux de participation – au point que l’inquiétude aurait poussé les autorités à faire preuve de pas mal d’imagination, d’après The Guardian, qui rapporte que celles-ci multiplient les initiatives pour inciter les électeurs à se rendre aux urnes, notamment dans la région sibérienne de Krasnoyarsk, où les partisans de Vladimir Poutine auraient décidé d’organiser une loterie, avec à la clé une voiture à gagner, et dans la ville de Krasnodar, où l’heureux gagnant se verra offrir un iPhone. A Berdsk, c’est le meilleur selfie, qui se verra placardé sur une affiche. La condition pour remporter le premier prix: se rendre dans les bureaux de vote.

Seule candidate à sa succession, elle a été réélue avec 97% des voix à la tête du Front national, hier - on parle cette fois de Marine Le Pen, dont l’élection et la proposition de rebaptiser le FN sont commentées par la presse étrangère. Sa reconduction à la tête du parti retient notamment l’attention du Wall Street Journal, qui évoque le «relooking» du FN, en relevant la présence, lors de son congrès, de Steve Bannon, le gourou de l’extrême-droite américaine. En Suisse, La Tribune de Genève cite un proverbe… chinois, pour résumer les difficultés auxquelles serait confronté le parti de Marine Le Pen: «le poisson pourrit par la tête». «Le FN frétille encore, malgré Marine Le Pen», écrit le journal, en expliquant que «l’extrême droite française profite d’un large courant de fond qui a propulsé la Lega Nord en Italie, le FPÖ en Autriche, le PiS en Pologne, la formation d’Orban en Hongrie et Trump aux États-Unis». «Les ennuis présents du FN risquent fort de n’être que très passagers», prévient La Tribune de Genève, qui relève «qu’en parti dynastique» le FN a assuré la relève, avec la petite-fille du fondateur et nièce de la présidente, Marion Maréchal-Le Pen. «A l’évidence, l’ancienne députée du Vaucluse a quitté la politique pour mieux y revenir», annonce le journal.

Tout autre chose pour terminer, quoique. The Sun rapporte que des incidents ont éclaté, hier soir en Grèce, lors d’un match de foot entre le PAOK Salonique et l’AEK Athènes. Après un but refusé pour son club, le président du PAOK, un homme d’affaires russe, Ivan Savvidis est carrément descendu sur la pelouse pour interrompre la rencontre de force, arme à la main, avant de demander à ses joueurs de rentrer aux vestiaires et d’aller menacer l’arbitre. Une vision assez originale du football.

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française(du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale(du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

19/07/2018 Florent RODO

"Ortega Basta"

Au menu de cette revue de presse du 19 juillet, les violences qui se poursuivent au Nicaragua, la polémique qui touche un collaborateur d'Emmanuel Macron, les récits d'agressions...

En savoir plus

18/07/2018 Sandrine GOMES

"Donald Troll"

Au cœur des débats dans la presse ce mercredi 18 juillet, les futures relations post-Brexit avec l'UE qui continuent de diviser le camp conservateur britannique de plus en plus...

En savoir plus

18/07/2018 Sandrine GOMES

Après la victoire des Bleus, "comment entretenir la flamme ?"

À la une ce mercredi 18 juillet, la presse française s'interroge : "Comment entretenir la flamme" après la victoire au mondial de Russie, tandis que le gouvernement est au pied...

En savoir plus

17/07/2018 Sandrine GOMES

Retour triomphal des Bleus : "Une histoire de France"

À la une de la presse, mardi 17 juillet, le retour triomphal des Bleus après leur victoire au Mondial, acclamés à l'unisson car ils ont fait l'histoire. La joie du football...

En savoir plus

17/07/2018 Sandrine GOMES

Rencontre avec Poutine : la "trahison ouverte" de Trump

Les débats dans la presse s'intéressent ce mardi 17 juillet à la première rencontre bilatérale entre Donald Trump et Vladimir Poutine, lundi à Helsinki. Au vu de l'attitude du...

En savoir plus