Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Face au scandale, la présidente de la région de Madrid démissionne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tensions à Madagascar, l'opposition demande la destitution du président

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Foxtrot" : Samuel Maoz dissèque la société israélienne

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Marchés financiers : les investisseurs craignent la remontée des taux américains

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Téhéran à Washington : "Quitter l'accord sur le nucléaire iranien n'est pas une option"

En savoir plus

FOCUS

Espagne : en Catalogne, certains redoutent une radicalisation du mouvement indépendantiste

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Donald Trump et Emmanuel Macron : "bromance", "pellicules"... et Iran

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Législatives au Liban : les femmes en campagne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vincent Bolloré en garde à vue dans une enquête sur ses concessions portuaires en Afrique

En savoir plus

"Aucun média britannique" en Russie en cas de fermeture de RT en Grande-Bretagne, menace Moscou

© AFP/Archives | La porte-parole de la diplomatie russe MAria Zakharova à Moscou, le 16 janvier 2018

MOSCOU (AFP) - 

"Aucun média britannique" ne travaillera en Russie en cas de fermeture de la chaîne de télévision russe RT en Grande-Bretagne, a prévenu mardi la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova.

Le régulateur de l'audiovisuel britannique, Ofcom, a annoncé qu'il pourrait réétudier l'autorisation accordée à la chaîne RT, considéré comme un organe de propagande pro-Kremlin, en riposte à la responsabilité présumée de Moscou dans l'empoisonnement en Grande-Bretagne d'un ex-agent double russe.

"Aucun média britannique ne travaillera en Russie, s'ils ferment RT", a déclaré Mme Zakharova mardi soir dans l'émission "60 minutes", sur la chaîne publique russe Rossia 1.

L'ex-agent double russe Sergueï Skripal et sa fille, Ioulia, ont été retrouvés inconscients le 4 mars sur un banc de Salisbury, une ville du sud-ouest de l'Angleterre. Victimes d'un puissant agent innervant et hospitalisés depuis dans un état critique, la Première ministre britannique Theresa May a estimé "très probable que la Russie" soit responsable de leur empoisonnement.

Londres a promis une "panoplie" de sanctions, notamment d'ordre économique, si le Kremlin n'apportait pas de réponse satisfaisante d'ici mardi minuit.

Mercredi, la Première ministre britannique Theresa May doit réunir son Conseil de sécurité nationale (NSC) pour examiner la réponse apportée par le Kremlin

Pour sa part, le régulateur de l'audiovisuel britannique, Ofcom, a annoncé lundi qu'il attendrait le résultat de cette réunion avant d'étudier le droit de la chaîne RT d'émettre en Grande-Bretagne.

© 2018 AFP