Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Face au scandale, la présidente de la région de Madrid démissionne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tensions à Madagascar, l'opposition demande la destitution du président

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Foxtrot" : Samuel Maoz dissèque la société israélienne

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Marchés financiers : les investisseurs craignent la remontée des taux américains

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Téhéran à Washington : "Quitter l'accord sur le nucléaire iranien n'est pas une option"

En savoir plus

FOCUS

Espagne : en Catalogne, certains redoutent une radicalisation du mouvement indépendantiste

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Donald Trump et Emmanuel Macron : "bromance", "pellicules"... et Iran

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Législatives au Liban : les femmes en campagne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vincent Bolloré en garde à vue dans une enquête sur ses concessions portuaires en Afrique

En savoir plus

L'emblématique Shane Smith abandonne la direction de Vice Media

© GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP | Le co-fondateur de Vice Media, Shane Smith, photographié le 7 octobre 2015 à San Francisco

NEW YORK (AFP) - 

Le co-fondateur et patron emblématique de Vice Media, Shane Smith, abandonne la direction générale de la plateforme au profit de Nancy Dubuc, vétéran de la télévision qui doit aider à stabiliser le groupe ayant connu des turbulences ces derniers mois.

Shane Smith va rester au sein du groupe et prendre le titre de président exécutif, selon un communiqué publié mardi, mais cette réorganisation marque un tournant pour ce qui est, à ce jour, l'exemple le plus marquant de réussite pour un nouveau média.

Ambassadeur et visage de la marque Vice depuis son lancement, en 1994, le Canadien barbu avait jusqu'ici accompagné toutes les phases du développement du groupe, né magazine de contre-culture et devenu société d'édition valorisée plus de cinq milliards de dollars.

Son successeur, Nancy Dubuc, arrive de A&E, société commune entre Disney et le groupe de médias Hearst Corporation, qui contrôle 15% du capital de Vice Media et dont elle était PDG depuis 2013.

La dirigeante avait annoncé lundi son départ du groupe de télévision, qui comprend notamment les chaînes A&E, Lifetime, History et Viceland, lancée début 2016.

Cette dernière, contrôlée par A&E et dont Vice n'est qu'actionnaire minoritaire, peine à décoller et ne rassemble, en moyenne qu'environ 100.000 téléspectateurs, selon plusieurs médias américains, ce qui la place au-delà de la 100ème place parmi les chaînes du câble.

C'est elle qui aurait fait manquer à Vice Media ses objectifs de chiffre d'affaires pour 2017, annoncé à 805 millions de dollars mais inférieur, au final, de plus de 100 millions, selon plusieurs médias américains.

"Vice a besoin d'un encadrement de première classe pour encadrer toute cette croissance et contrôler notre destinée, qu'il s'agisse de rester indépendant, de passer un partenariat stratégique ou d'entrer en Bourse", a déclaré Shane Smith, cité dans le communiqué.

Le dirigeant emblématique va lui "se concentrer sur les deux seules choses dans lesquelles (il est) bon: le contenu et les transactions".

En désignant une femme à sa tête, Vice envoie également un message fort alors qu'il se remet à peine de révélations, publiées fin 2017 par le New York Times, sur des pratiques de harcèlement sexuel au sein de la société.

Ces révélations avaient entraîné plusieurs départs et amené les deux co-fondateurs, Shane Smith et Suroosh Alvi, à présenter des excuses au nom du groupe.

Le groupe s'est fixé pour objectif de parvenir à la parité entre hommes et femmes à chaque niveau du groupe d'ici 2020.

© 2018 AFP