Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Afrique du Sud : violentes manifestations à Mahikeng

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La fin d'une ère : Arsène Wenger quitte Arsenal

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Contestation sociale en France : l'impossible concertation ?

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans la peau d'un batelier du Nord

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le géant américain Starbucks accusé de racisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Emmanuel Macron peut-il réformer la Zone euro ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Café en capsules : "L'impact écologique est considérable"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Qui a peur de la dette ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le succès des monnaies locales

En savoir plus

EUROPE

Affaire Skripal : le Novichok, un poison hérité de la guerre froide plus efficace que le sarin

© Daniel Leal-Olivas, AFP | L'ex-agent du KGB Sergueï Skripal et sa fille ont été contaminé par un agent innervant particulièrement dangereux de la famille Novichok

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 13/03/2018

L'ex-agent russe du KGB Sergueï Skripal a été exposé, début mars, à un poison de la famille Novichok, jugé plus dangereux que le sarin. Il s'agirait du premier cas d'empoisonnement à l'aide de cet agent innervant développé par l’Union soviétique.

C’est un poison tout droit sorti de la guerre froide qui a été administré à l'ex-agent double Sergueï Skripal et à sa fille, le 4 mars 2018, dans le sud de l'Angleterre. La Première ministre britannique Theresa May a affirmé, lundi 12 mars, qu’il s’agissait d’un agent chimique innervant de la famille Novichok.

Ce poison, qui signifie “nouveau venu” en russe, a été développé dans les années 1970 par l’Union soviétique. Malgré sa relative ancienneté, “aucun cas d’empoisonnement au Novichok n’a été répertorié jusqu’à présent”, assure Gary Stephens, pharmacologiste à l’université de Reading, contacté par France 24.

Il s’est fait beaucoup plus discret que deux agents innervants qui lui sont proches, le gaz sarin - utilisé lors de l’attentat dans le métro de Tokyo en 1995 - et le gaz VX, qui a servi à tuer le beau-frère du dirigeant nord-coréen Kim Jung-un, en février 2017.

Poudre mortelle

Les poisons de la famille Novichok agissent par inhalation ou au contact de la peau et partagent les mêmes effets sur le corps humain que ses “cousins” plus connus. “Il rend la respiration d’abord plus difficile, fait pleurer les yeux, fait baver, ralentit le cœur, entraîne des convulsions et pousse la victime à s’uriner et se déféquer dessus”, énumère Gary Stephens. La victime finit par mourir d’asphyxie.

Mais l’agent innervant Novichok est considéré comme à la fois plus efficace et plus mortel que le gaz sarin ou même le VX. Il peut se présenter sous forme de poudre, alors que le sarin et le VX n’existent qu’à l’état liquide, ce qui “rend le Novichok à la fois plus facile et plus stable à transporter”, explique l’expert britannique. Il en faut aussi moins pour être tout aussi mortel que les autres agents innervants.

Les autorités britanniques n’ont, en revanche, pas précisé quelle souche d’agent Novichok avait été administrée à Sergueï Skripal. Il peut, en effet, apparaître sous différentes formes et peut également être prêt à l’emploi ou nécessiter d’être assemblé avant d’être administré à la victime. Dans ce dernier cas, les experts parlent d’”arme chimique binaire”, c’est-à-dire que le poison se présente sous la forme de deux composés qui, pris séparément, ne sont pas toxiques mais deviennent mortels une fois réunis. Un avantage pour celui qui doit transporter le poison puisqu’il ne risque pas de se contaminer par erreur et qu’il est plus difficile à détecter lors d’éventuels contrôles. Le risque, en revanche, est de se tromper dans les proportions au moment de l’assemblage.

“C’est peut-être ce qui s’est passé dans le cas présent”, spécule Gary Stephens. L’un des mystères de l’affaire Skripal est, en effet, de savoir comment l’ex-agent du KGB a pu survivre à l’exposition à un agent innervant aussi dangereux, même s’il est toujours dans un état critique. Un cocktail de trois antidotes doit être administré dans les minutes qui suivent l’apparition des premiers symptômes pour espérer échapper à une mort jugée certaine le cas échéant.

Première publication : 13/03/2018

  • TERRORISME

    Le gaz VX, la plus mortelle des armes chimiques, a tué le demi-frère de Kim Jong-un

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Affaire Skripal : Theresa May juge "hautement probable" la responsabilité de la Russie

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Ex-espion russe empoisonné : il revient à Londres de "tirer les choses au clair", estime Poutine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)