Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

Le revirement de Donald Trump sur la question des enfants migrants séparés de leurs parents

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Taxes américaines sur l'acier : les mesures de rétorsion de l'UE entreront en vigueur le 22 juin

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ethiopie-Erythrée, une délégation érythréenne ira bientôt à Addis-Abeba

En savoir plus

FOCUS

Japon : l'immigration dans un pays "sans réfugiés"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"A genoux les gars" : une comédie crue et féministe sur le désir et l’interdit

En savoir plus

L’invité du jour

Benoit Cohen : "La double peine pour les migrants, c’est de subir le rejet avant même d’être arrivés"

En savoir plus

FACE À FACE

Conseil franco-allemand : le temps des concessions ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Stoltenberg : "Le sommet de l'Otan permettra de montrer l'unité transatlantique"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Khaled Diab : le vrai du faux de l'Islam

En savoir plus

FRANCE

Mayotte : poursuite du blocage de l'île malgré un accord de principe

© Ornella Lamberti, AFP | Un barrage près de Koungou, à Mayotte, le 9 mars 2018.

Vidéo par Gaëlle BORGIA

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/03/2018

Les barrages et la grève générale sont finalement maintenus à Mayotte, mercredi, alors qu'une sortie de crise se dessinait mardi soir. De nouvelles revendications des Mahorais et une erreur de communication du gouvernement ont tendu les échanges.

Pas de signe d’amélioration à Mayotte, mercredi 14 mars, en dépit d'un accord trouvé avec le gouvernement la veille au soir. Les barrages routiers qui paralysent l’île depuis quatre semaines sont maintenus et la grève générale se poursuit, ont en effet annoncé les organisateurs du mouvement social dont la principale revendication concerne la sécurité.

Au bout de cinq heures de négociations avec la ministre des Outre-Mer Annick Girardin, mardi soir, l'un des porte-paroles du mouvement social, Fatihou Ibrahime, avait pourtant salué "des avancées réelles". "Le plan de lutte contre l'insécurité est acté", s'était-il réjoui.

"Quinze mesures d'urgence"

"Nous avons demandé quinze mesures d'urgence supplémentaires, la ministre s'est engagée à remettre plus d'État sur le territoire", avait-il expliqué. Parmi ces mesures, qui s'ajoutent à une première série annoncée par la ministre lundi, la lutte contre les attestations d'hébergement et de paternité de complaisance, la mise en place de navires supplémentaire contre l'immigration clandestine, la reconnaissance des associations luttant contre l'insécurité, la lutte contre l'habitat clandestin et le démantèlement des bandes sources d'insécurité.

Mais les organisateurs réclament désormais davantage, comme par exemple que les victimes des actes de violence soient considérées comme des victimes de terrorisme, et accompagnées comme telles par les pouvoirs publics.

Ils ont également dénoncé la communication du ministère des Outre-Mer, qui a trop vite annoncé mardi soir "un accord mettant un terme à la crise de Mayotte", alors que les syndicalistes annonçaient qu'ils allaient consulter la population sur la suite du mouvement et demander la levée des barrages au moins pendant un mois, délai sur lequel Annick Girardin s'était engagée pour apporter des réponses en termes de sécurité et de présence de l'État sur le territoire.

Avec AFP

Première publication : 14/03/2018

  • FRANCE

    À Mayotte, une maternité "extraterritoriale" dans un désert médical ?

    En savoir plus

  • FRANCE

    Grève à Mayotte : visite mouvementée pour la ministre des Outre-Mer, Annick Girardin

    En savoir plus

  • FRANCE

    La ministre française des Outre-mer à Mayotte pour trouver une sortie de crise

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)