Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Nicaragua : la fuite en avant d'Ortega

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Paul Sanchez est revenu" et "Fleuve noir" : noir, c'est noir

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Israël, "État-nation du peuple juif" : un projet de loi controversé

En savoir plus

FOCUS

Pour trouver un emploi, les jeunes Chinoises passent sous le bistouri

En savoir plus

FACE À FACE

Mondial-2018 : une victoire pour les Bleus... et Emmanuel Macron ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Michel Sidibé : "On a une crise au niveau de la prévention" du sida

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Mines en Guyane : le projet Montagne d'or "inacceptable" pour les autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Donald Troll"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Après la victoire des Bleus, "comment entretenir la flamme ?"

En savoir plus

Mondial-2018 - Des ONG syriennes appellent l'Occident à menacer Moscou de boycott

© AFP | Des civils syriens fuyant la ville de Hammouriyé, dans l'enclave rebelle de la Ghouta orientale, violemment bombardée par le régime syrien depuis trois semaines, le 15 mars 2018

BEYROUTH (AFP) - 

Des ONG syriennes ont appelé jeudi les leaders occidentaux à menacer de boycotter le Mondial-2018 en Russie pour protester contre le soutien de Moscou au régime de Bachar al-Assad, au moment où la guerre en Syrie entre dans sa huitième année.

"Nous vivons dans l'horreur depuis sept ans et le monde se contente de regarder", écrivent ces 22 organisations, pour beaucoup basées à l'étranger et engagées dans la défense des droits de l'Homme et l'aide humanitaire, dans un appel adressé aux présidents français Emmanuel Macron et américain Donald Trump, ainsi qu'à la chancelière allemande Angela Merkel et à la Première ministre britannique Theresa May.

"Nous vous appelons à menacer de boycotter la Coupe du monde 2018 en juin en Russie afin d'envoyer un message clair sur les risques qu'elle encourt si elle ne fait pas pression immédiatement sur Bachar al-Assad pour que les bombardements s'arrêtent", écrivent-elles.

Cet appel intervient au moment où le régime syrien, appuyé par son indéfectible allié russe, mène une offensive meurtrière pour reconquérir la dernière enclave rebelle près de Damas, dans la Ghouta orientale.

En un peu plus de trois semaines, les bombardements incessants ont tué près de 1.250 civils dont plus de 250 enfants, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres dénonçant un "enfer sur Terre".

"Nous voulons que cesse les sièges en particulier dans la Ghouta orientale pour que de la nourriture et des médicaments puissent être distribuées" aux populations, plaident les signataires du texte dont la coalition d'organisations humanitaires Syrian NGO Alliance basée en Turquie, où sont réfugiés plus de trois millions de Syriens, et la Société médicale américano-syrienne.

Une trêve humanitaire de 30 jours votée en février par le Conseil de sécurité de l'ONU est jusqu'ici restée lettre morte. Les bombardements du régime syrien et de la Russie ont continué et le pouvoir de Damas contrôle désormais 70% de l'enclave rebelle.

La Russie, qui est intervenue militairement en Syrie en 2015 pour soutenir Bachar al-Assad, organise la Coupe du monde de football en juin et juillet.

La guerre en Syrie a débuté en 2011 après la répression sanglante de manifestations prodémocratie par le régime. Elle s'est complexifiée au fil des ans avec l'implication de puissances étrangères et de groupes jihadistes.

Le conflit a fait plus de 350.000 morts et déraciné plus de 11 millions de personnes.

© 2018 AFP