Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Nicaragua : la fuite en avant d'Ortega

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Paul Sanchez est revenu" et "Fleuve noir" : noir, c'est noir

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Israël, "État-nation du peuple juif" : un projet de loi controversé

En savoir plus

FOCUS

Pour trouver un emploi, les jeunes Chinoises passent sous le bistouri

En savoir plus

FACE À FACE

Mondial-2018 : une victoire pour les Bleus... et Emmanuel Macron ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Michel Sidibé : "On a une crise au niveau de la prévention" du sida

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Mines en Guyane : le projet Montagne d'or "inacceptable" pour les autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Donald Troll"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Après la victoire des Bleus, "comment entretenir la flamme ?"

En savoir plus

Afrique

Gérard Collomb : "Il y a une volonté commune d’agir contre les passeurs et l’immigration clandestine"

© Ryad Kramdi, AFP | Le ministre de l'Intérieur français Gérard Collomb, à Niamey le 16 mars 2018.

Texte par Rémi CARLIER

Dernière modification : 17/03/2018

Le ministre de l’Intérieur français s’est rendu à la "conférence sur la coordination pour la lutte contre les filières de passeurs", qui se tenait à Niamey vendredi. À cette occasion, Gérard Collomb a répondu aux questions de Roselyne Febvre.

"S'attaquer aux causes profondes de la migration irrégulière." C’est le vaste programme qu’ont voulu lancer, vendredi 16 mars, les ministres de l’Intérieur et des Affaires étrangères de neuf pays africains, quatre pays européens, ainsi que l’Union européenne, l’ONU et l’Union africaine. Réunis à Niamey, capitale du Niger, pour définir les moyens de lutte contre "le trafic illicite de migrants et la traite des êtres humains", les représentants ont affirmé vouloir agir en amont pour mieux lutter contre les filières de passeurs.

"La conférence d’aujourd’hui avait l’originalité de réunir les pays d’origine d’immigration comme le Mali, le Sénégal, la Côte d’Ivoire, les pays de transit comme la Libye, et les pays de destination [Espagne, Italie, Allemagne, France, NDLR]. Il y a une volonté commune affichée, où on décide d’agir en commun contre les passeurs et l’immigration clandestine", a détaillé le ministre français de l’Intérieur, Gérard Collomb, dans un entretien à France 24 à l'issue de la réunion.

>> Loi asile et immigration : Gérard Collomb essuie la critique

Les ministres présents à Niamey ont convenu de "renforcer les cadres législatifs nationaux" pour poursuivre les trafiquants, de doper leurs outils opérationnels et techniques et de "mieux les coordonner au niveau régional". Ils comptent en outre améliorer la coopération judiciaire et "renforcer le contrôle des frontières", selon la déclaration publiée après la réunion. "C'est la première fois qu'on a une telle résolution entre pays européens et africains sur la lutte contre les passeurs", s'est félicité Gérard Collomb.

Les mesures prises lors de la réunion font suite aux sommets UE-Afrique organisés en août 2017 à Paris et en novembre 2017 à Abidjan, qui avaient mis l'accent sur la formation des forces de police et de gendarmerie, l'aide au contrôle des frontières et la création de fichiers d'identité. La conférence s'inscrit aussi dans la logique des "pactes migratoires" initiée au sommet de La Valette en 2015, pour corréler soutien européen et lutte des pays africains contre l'immigration irrégulière.

Barrer la route du Nord

Sur ce sujet qui intéresse toute l'Europe, la France, qui apporte environ 100 millions d'euros par an d'aide au développement au Niger, aimerait aussi une plus large implication de ses partenaires.

Gérard Collomb s’est félicité de l’action entreprise par Niamey "barrer la route du Nord" et "déclarer la guerre aux passeurs ". En mai 2015, sous la pression de plusieurs États européens, le Niger a en effet adopté une loi pour lutter contre le trafic de migrants. Criminalisant l’activité des passeurs, elle a notamment réduit le passage des migrants à Agadez, ville du Sahel au carrefour des routes migratoires. L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) y a aussi ouvert un bureau pour permettre aux migrants de "prendre des décisions en meilleure connaissance de cause sur la migration" et organiser leur rapatriement. "Si tous les pays mettent en œuvre ce type de dispositif, on devrait faire baisser le nombre de celles et ceux qui arrivent en Europe", a déclaré Gérard Collomb.

>> À voir : Agadez, perle du désert devenue hub migratoire

Mais la fermeture des routes migratoires empruntées jusque-là par les passeurs pour rejoindre la Libye les a conduits à emprunter des chemins détournés dans le désert, parfois de nuit, et beaucoup plus dangereux. En juin 2017, 44 migrants avaient été retrouvés morts en plein désert dans la région d’Agadez. Deux semaines plus tard, une centaine de personnes avaient été secourues in extremis par une patrouille militaire nigérienne dans le Ténéré. Par ailleurs, si le transit sur le sol nigérien, majoritairement emprunté par les migrants, a effectivement diminué, il reste très important. En septembre 2017, l’OIM avait comptabilisé 100 000 migrants arrivés en Italie, surtout depuis la Libye, contre 181 000 en 2016.

Gérard Collomb se rend samedi  17 mars à Agadez pour y rencontrer la mission de police de l'UE "Eucap Sahel Niger" et l’OIM.

 

Première publication : 16/03/2018

  • FRANCE

    Loi sur l'asile et l'immigration : Gérard Collomb défend un texte "qui s'aligne sur le droit européen"

    En savoir plus

  • NIGER

    Macron s'engage à aider le Niger pour rendre efficace l'action militaire

    En savoir plus

  • NIGERIA

    Nigeria : plus de 50 morts dans un attentat contre une mosquée dans le nord-est du pays

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)