Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Afrique du Sud : violentes manifestations à Mahikeng

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La fin d'une ère : Arsène Wenger quitte Arsenal

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Contestation sociale en France : l'impossible concertation ?

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans la peau d'un batelier du Nord

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le géant américain Starbucks accusé de racisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Emmanuel Macron peut-il réformer la Zone euro ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Café en capsules : "L'impact écologique est considérable"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Qui a peur de la dette ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le succès des monnaies locales

En savoir plus

Amériques

États-Unis : l'ancien directeur adjoint du FBI Andrew McCabe limogé

© AFP PHOTO / CENTRAL INTELLIGENCE AGENCY/HANDOUT | L'ancien directeur adjoint du FBI Andrew McCabe (à gauche) et l'ancien directeur de la CIA Mike Pompeo, en mai 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/03/2018

Andrew McCabe a été limogé vendredi par le ministère de la Justice, à quelques jours de sa retraite. Il avait quitté en janvier ses fonctions de directeur adjoint du FBI mais restait un employé de la police fédérale américaine.

Donald Trump a salué, samedi 17 mars sur son compte Twitter, le limogeage de Andrew McCabe, ancien directeur adjoint du FBI, qu'il avait depuis des mois dans son collimateur. "Un grand jour pour les hommes et les femmes du FBI qui travaillent dur - Un grand jour pour la démocratie", a notamment écrit le président des États-Unis.

Une enquête interne a établi qu'Andrew McCabe avait fait des révélations non autorisées aux médias et n'avait pas été complètement honnête "en de multiples occasions", a fait savoir le ministère de la Justice. "Le FBI attend de chacun de ses employés qu'il adhère aux normes les plus hautes d'honnêteté, d'intégrité et de responsabilité", a déclaré dans un communiqué le ministre de la Justice Jeff Sessions.

"Enquête complète et équitable"

La décision de limoger Andrew McCabe a été prise "après une enquête complète et équitable", a-t-il précisé.

Les détails des faits retenus contre lui n'ont pas été immédiatement rendus publics par le ministère de la Justice. Mais on sait que l'enquête portait notamment sur le traitement de l'enquête de 2016 sur Hillary Clinton, la rivale démocrate du républicain Donald Trump à l'élection présidentielle.

Andrew McCabe avait dirigé le FBI par intérim de mai à août 2017, après le licenciement par Donald Trump du directeur James Comey et avant la nomination de l'actuel directeur Christopher Wray.

Le président Trump avait publiquement reproché à Jeff Sessions de ne pas avoir renvoyé Andrew McCabe quand celui-ci était directeur par intérim du FBI.
À ce titre, Donld Trump a une nouvelle fois attaqué James Comey, qu'il avait limogé de son poste de directeur du FBI en mai 2017. "Le moralisateur James Comey était son chef et a fait passer McCabe pour un enfant de choeur. Il savait tout des mensonges et de la corruption qui régnaient aux plus hauts niveaux du FBI !", a tweeté le locataire de la Maison Blanche.

Victime d'une "guerre"

Son licenciement à deux jours de son anniversaire va lui coûter financièrement. Il aurait pu bénéficier d'une bien meilleure retraite s'il avait quitté le FBI après le 18 mars, jour de ses 50 ans.

Andrew McCabe a réagi à son licenciement par un communiqué virulent, se déclarant victime d'une "guerre" menée par l'administration Trump contre le FBI et contre le procureur spécial Robert Mueller, qui enquête sur les allégations d'ingérence de la Russie dans l'élection présidentielle et de collusion entre l'équipe de campagne de Donald Trump et des responsables russes.

"Voici la réalité : je suis isolé et traité de la sorte pour le rôle que j'ai joué, les décisions que j'ai prises et ce dont j'ai été témoin après le limogeage de James Comey", a-t-il écrit.

Selon lui, l'enquête menée par l'inspecteur général du ministère de la Justice "a fait partie d'une entreprise sans précédent, conduite par le président lui-même, pour me chasser de mon poste, détruire ma réputation et peut-être me priver d'une pension de retraite que j'ai gagnée en 21 ans de travail".

Avec AFP

Première publication : 17/03/2018

  • ÉTATS-UNIS

    Gina Haspel, des prisons clandestines à la tête de la CIA

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Deux psychologues du programme de torture de la CIA évitent un procès

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le directeur de la CIA appelle Donald Trump à "se discipliner"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)