Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Nicaragua : la fuite en avant d'Ortega

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Paul Sanchez est revenu" et "Fleuve noir" : noir, c'est noir

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Israël, "État-nation du peuple juif" : un projet de loi controversé

En savoir plus

FOCUS

Pour trouver un emploi, les jeunes Chinoises passent sous le bistouri

En savoir plus

FACE À FACE

Mondial-2018 : une victoire pour les Bleus... et Emmanuel Macron ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Michel Sidibé : "On a une crise au niveau de la prévention" du sida

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Mines en Guyane : le projet Montagne d'or "inacceptable" pour les autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Donald Troll"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Après la victoire des Bleus, "comment entretenir la flamme ?"

En savoir plus

Venezuela: contre les pénuries, Maduro promeut l'élevage à domicile

© AFP/Archives | Un portrait du président vénézuélien Nicolas Maduro tenu par un paysan lors d'une manifestation de soutien au pouvoir à Caracas, le 26 février 2014

CARACAS (AFP) - 

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a encouragé les Vénézuéliens à se lancer dans l'élevage à domicile, une "agriculture urbaine" pour tenter de remédier aux graves pénuries alimentaires que traverse le pays.

"Nous pouvons tous produire (...) Ensemble nous allons croître, nous allons y arriver avec notre peuple", a déclaré Nicolas Maduro dans une vidéo postée vendredi sur les réseaux sociaux pendant qu'il ramassait des oeufs de poule au côté de son épouse, Cilia Flores, dans un lieu non précisé qu'il prétend être sa propre ferme.

Vêtu d'un sweat-shirt aux couleurs du drapeau vénézuélien, Nicolas Maduro, candidat à sa réélection aux élections anticipées du 20 mai, s'exprimait dans un petit hangar où il dit élever "152 poules" en provenance de l'Etat de Portuguesa, dans l'ouest du pays.

Lundi, le président avait assuré qu'il possédait 100 poules pondeuses pour nourrir sa famille.

"Si Cilia et moi le faisons, pourquoi on ne peut pas tous le faire ? (...) Oui, le Venezuela peut le faire", a insisté M. Maduro, qui promeut des projets visant à combler le déficit de protéines dans un pays frappé par des pénuries alimentaires.

L'hyperinflation, qui selon le FMI devrait atteindre 13.000% cette année, permet seulement d'acheter deux kilos de boeuf et un carton d'oeufs avec le revenu minimum légal mensuel.

En septembre, le président vénézuélien avait lancé le "Plan conejo" (lapin), pour fournir de cette viande aux Vénézuéliens en les encourageant à en faire l'élevage.

Une initiative lancée en réponse à la "guerre économique" menée, selon lui, par l'opposition et les milieux d'affaires, soutenus par les Etats-Unis, pour le renverser.

Le ministre de l'Agriculture, Freddy Bernal, a récemment annoncé le "Plan toiture verte", selon lui mis en oeuvre dans 23 villes, visant à planter des légumes sur les terrasses des maisons.

Le gouvernement encourage également l'élevage de porcs et de moutons à domicile.

Nicolas Maduro sera opposé lors de l'élection présidentielle au dissident chaviste (du nom de l'ancien président socialiste Hugo Chavez, ndlr) Henri Falcon et à trois autres candidats peu connus du grand public.

La décision d'avancer au 20 mai l'élection présidentielle, traditionnellement organisée en décembre, a été fortement critiquée par la principale coalition d'opposition, la Table de l'unité démocratique (MUD), qui a choisi de boycotter le scrutin.

Elle a aussi été dénoncée par une partie de la communauté internationale, dont l'Union européenne et les Etats-Unis, qui regrettent le manque de transparence.

© 2018 AFP