Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : L'opposition dénonce une fraude électorale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Brésil : le "docteur Popotin" arrêté

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde : Les bleus champions du monde : une fierté française retrouvée

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Football : l'excellence de la formation française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vincent Cassel, l’homme aux mille visages

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Affaire Benalla : "Les voyous de l'État Macron"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Nouvelle loi fondamentale en Israël : "Un coup dur pour les minorités"

En savoir plus

REPORTERS

Maracaibo, miroir de tous les maux du Venezuela

En savoir plus

FOCUS

Le couteau, nouvelle arme de prédilection des gangs londoniens

En savoir plus

Ellen Barkin accuse Terry Gilliam après ses propos controversés sur #MeToo

© AFP/Archives | L'actrice Ellen Barkin a accusé Terry Gilliam de comportement sexuellement abusif

LOS ANGELES (AFP) - 

L'actrice Ellen Barkin a accusé le réalisateur Terry Gilliam d'avoir eu un comportement sexuellement abusif envers elle dans un ascenseur, après les propos controversés du cinéaste décrivant le mouvement #MeToo comme "la loi de la meute".

"Mon conseil, durement appris: n'entrez jamais dans un ascenseur seule avec Terry Gilliam", a twitté ce week-end la comédienne américaine de 63 ans, qui a collaboré avec le britannique en 1998 pour "Las Vegas Parano".

Lundi, elle a encore écrit sur le réseau social: "d'après Terry Gilliam, ' Weinstein a été exposé parce que c'est un connard qui s'est fait beaucoup d'ennemis', pas parce qu'il a attouché ou violé plus de 80 femmes".

"Qu'est-ce que vous défendez quand vous attaquez un mouvement dont le but est de protéger les femmes ?", a-t-elle encore ajouté, sans citer de nom,

Vendredi, le metteur en scène de 77 ans a fait polémique en déclarant dans un entretien à l'AFP que le débat autour du mouvement #MeToo contre le harcèlement sexuel est devenu "trop simpliste, c'est devenu un monde de victimes".

"Il y a des gens qui ont profité (...) Je connais des filles qui sont allées dans les suites de Harvey (Weinstein) et qui n'étaient pas du tout des victimes", affirme-t-il.

"C'est comme si la meute avait pris le contrôle", avait-il insisté.

La comédienne qui a joué dans "Dans la peau d'une blonde" ou "Johnny belle gueule" avait vivement réagi par une série de tweets aux propos du cinéaste mais sans donner de détail. Interpellée par la comédienne Annabella Sciorra, qui a accusé cet automne Harvey Weinstein de l'avoir brutalement violée, elle a lancé des accusations plus directes.

Depuis les révélations début octobre sur le producteur déchu Harvey Weinstein, accusé de harcèlement, agression sexuelle ou viol par une centaine de femmes dont des stars comme Angelina Jolie, de multiples hommes puissants d'Hollywood ont été accusés à leur tour de comportement sexuels abusifs en octobre: Kevin Spacey, Brett Ratner, Jeffrey Tambor, Dustin Hoffman,...

Lundi, le mouvement anti-harcèlement Time's Up a par ailleurs demandé au gouverneur de l'Etat de New York de déterminer à travers une enquête pourquoi Harvey Weinstein n'a toujours pas été inculpé par la justice, près de six mois après les premières révélations sur ses abus sexuels présumés et de nombreuses enquêtes en cours.

© 2018 AFP