Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Madagascar, nouvelle journée de mobilisation à Antananarivo

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Immigration: tensions à la frontière franco-italienne

En savoir plus

LE DÉBAT

Emmanuel Macron aux Etats-Unis : le président et Trump, une complicité et des désaccords

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Uberisation : naissance de l’entreprise 2.0

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Naïssam Jalal et le trio Amzik, nouveaux visages des musiques orientales

En savoir plus

L'INFO ÉCO

États-Unis-France : les taxes de la discorde

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Loi asile-immigration : "hystérisation" ou "Bérézina morale"?

En savoir plus

L’invité du jour

Jean-Claude Heudin : "L’intelligence artificielle, c’est un peu comme la force dans Star Wars"

En savoir plus

FOCUS

Cameroun : les ravages du Tramadol, drogue de synthèse prisée des jeunes

En savoir plus

Grève jeudi: la RATP prévoit peu de perturbations

© AFP/Archives | Le trafic des métros, RER, bus et trams de la RATP sera peu perturbé jeudi par l'appel à la grève lancé par trois syndicats

PARIS (AFP) - 

Le trafic des métros, RER, bus et trams de la RATP sera peu perturbé jeudi par l'appel à la grève lancé par trois syndicats, a annoncé mardi la régie des transports parisiens dans un communiqué.

La RATP anticipe un trafic "quasi normal" dans le métro, les bus et les trams.

Pour la partie du RER opérée par la RATP, trois trains sur quatre sont prévus en moyenne tant sur le RER A que sur le RER B, soit "deux trains sur trois en heure de pointe et trafic quasi normal en heures creuses", précise la régie.

Sur le RER B, un changement de train sera nécessaire à Gare du Nord pour accéder à la zone SNCF, indique par ailleurs le communiqué.

Trois syndicats (CGT, Unsa et SUD) appellent à la grève au sein de la régie des transports parisiens (métro, bus, tram, une partie des RER A et B), en solidarité avec les cheminots, qui organisent une manifestation nationale contre la réforme de la SNCF, mais aussi pour des motifs spécifiques: crainte d'une privatisation future et problèmes d'effectifs.

© 2018 AFP