Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Manifestation de l'opposition sénégalaise contre un projet de réforme électorale controversé

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Autocars : quand la grève à la SNCF fait recette

En savoir plus

LE DÉBAT

Réformes en France : vers une convergence des luttes ?

En savoir plus

POLITIQUE

Visite d'Emmanuel Macron à Washington : Que peut-il espérer de cette rencontre avec Donald Trump ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sting : "Avec Shaggy, on a presque oublié qu'on enregistrait un disque!"

En savoir plus

FOCUS

Face à une crise des déchets qui s’éternise, des Libanais se mobilisent

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Kanye West s'improvise "philosophe" sur Twitter

En savoir plus

L’invité du jour

Martine Landry : "On ne demande pas à accueillir toute la misère du monde mais à prendre notre part"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Rencontre Macron-Merkel à Berlin : une feuille de route pour réformer la zone euro ?

En savoir plus

Kenya: mort du dernier rhinocéros blanc du Nord mâle

© AFP/Archives | Des guerriers masaï posent dans la réserve kenyane d'Ol Peteja le 18 juin 2017 avec Sudan, le dernier rhinocéros blanc du Nord mâle, qui vient de mourir au Kenya

NAIROBI (AFP) - 

Le dernier rhinocéros blanc du Nord mâle est mort au Kenya à l'âge de 45 ans, ne laissant plus en vie que deux femelles de cette sous-espèce, ont annoncé mardi ses gardiens.

Nommé Sudan, le rhinocéros souffrait depuis longtemps de complications de santé liées à son âge et après une sérieuse détérioration de sa santé, "l'équipe vétérinaire a pris la décision de l'euthanasier", selon un communiqué publié par la réserve Ol Pejeta du Kenya où il vivait.

"Son état de santé s'est significativement détérioré ces dernières 24 heures; il n'était plus capable de tenir debout et souffrait beaucoup", a précisé l'équipe d'Ol Pejeta, une réserve de 350 km2 située à quelque 200 km au nord de Nairobi.

Le décès de Sudan est synonyme de l'extinction de sa sous-espèce. A moins que les scientifiques qui ont prélevé son matériel génétique parviennent à développer des techniques de fécondation in vitro afin de concevoir des "bébés rhinocéros éprouvettes" qui seraient implantés dans une mère porteuse d'une autre sous-espèce.

Le rhinocéros blanc du Nord doit en premier lieu son extinction au braconnage, en raison notamment des prétendues vertus médicinales attribuées à sa corne en Asie, en particulier en Chine et au Vietnam.

L'espèce a été d'autant plus décimée par le braconnage dans les années 70 et 80 que ses territoires traditionnels - Centrafrique, Tchad, République démocratique du Congo, actuel Soudan du Sud - étaient en proie aux conflits, et donc largement des zones de non-droit propices aux activités criminelles.

La dernière population sauvage de la sous-espèce comprenait entre 20 et 30 individus en RDC et elle a disparu dans les combats à la fin des années 90 et au début des années 2000. En 2008, le rhinocéros blanc du Nord était déjà considéré comme éteint à l'état sauvage.

© 2018 AFP