Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Avec L'Impératrice, la "French touch" fait des petits

En savoir plus

FOCUS

Malgré les accusations de corruption et le blocus, le Qatar tient à son Mondial-2022

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Coupe du monde 2018 : la France affrontera la Croatie en finale

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Trump et Poutine ont rendez-vous à Helsinki

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Assouplissement quantitatif : l'arme lourde des banques centrales

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Les Bleus champions du monde : "Un bonheur éternel"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Le HCR s'oppose aux centres fermés : "Demander l'asile n'est pas un crime"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Tourisme : qui veut traverser l'Europe en train ?

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Les Bleus champions du monde : quel impact sur la croissance française ?

En savoir plus

FRANCE

Nicolas Sarkozy en garde à vue dans l'enquête sur le financement libyen de sa campagne 2007

© Patrick Kovarik, AFP | Mouammar Kadhafi et Nicolas Sarkozy, le 25 juillet 2007, à Tripoli.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/03/2018

L'ancien président Nicolas Sarkozy a été placé en garde à vue, mardi, dans le cadre de l'enquête sur le financement de sa campagne présidentielle en 2007 par la Libye de Mouammar Kadhafi.

Nicolas Sarkozy a été placé en garde à vue dans les locaux de la police judiciaire de Nanterre (Hauts-de-Seine), dans le cadre de l'enquête sur le financement libyen de sa campagne présidentielle de 2007, a-t-on appris, mardi 20 mars, de source judiciaire.

Selon Mediapart et Le Monde, qui ont révélé l'information, c'est la première fois que l'ancien chef de l'État est entendu dans le cadre de cette affaire, depuis l'ouverture d'une information judiciaire en avril 2013.

Les magistrats étudient la piste d'un possible financement de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy, il y a plus de dix ans, par la Libye de Mouammar Kadhafi.

L'enquête porte sur des chefs de corruption active et passive, trafic d'influence, faux et usage de faux, abus de biens sociaux et blanchiment, complicité et recel de ces infractions.

L'ex-président français, qui a quitté le pouvoir en mai 2012, a toujours formellement démenti les faits allégués notamment par un autre homme de réseaux, le Franco-Libanais Ziad Takieddine.

Avec Reuters

Première publication : 20/03/2018

  • FRANCE

    Wauquiez dans l'embarras après ses propos enregistrés à son insu sur Sarkozy et Darmanin

    En savoir plus

  • FRANCE

    Soupçons de financement libyen de la campagne de Sarkozy : Djouhri libéré sous caution

    En savoir plus

  • FRANCE

    Affaire Bygmalion : Sarkozy renvoyé en procès pour ses dépenses de campagne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)