Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ingérence : Les poupées russes du mensonge

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : lancement du parti unifié RHDP

En savoir plus

LE DÉBAT

Helsinki : Et Trump céda à Poutine...

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Festival d'Avignon : les questions de genre sur le devant de la scène

En savoir plus

FOCUS

Le bois de chêne menacé en France ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Retour triomphal des Bleus : "Une histoire de France"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Rencontre avec Poutine : la "trahison ouverte" de Trump

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Mondial-2018 : la sacre des Bleus profite à la Française des Jeux

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Avec L'Impératrice, la "French touch" fait des petits

En savoir plus

SPORT

À peine retraité du football, Ronaldinho se lance dans la politique

© Punit Paranjpe, AFP | Ronaldinho, star du foot brésilien désormais engagée en politique.

Texte par Yann BUXEDA

Dernière modification : 21/03/2018

Reconversion express pour l’ancien prodige du football brésilien Ronaldinho, qui a rejoint, mardi, les rangs du Parti républicain brésilien (PRB, droite). Un engagement qui confirme l’intérêt marqué du ballon d’or 2005 pour la politique.

George Weah fait des émules. Dans le sillage de l’ancien ballon d’or 1995, devenu en janvier le président du Liberia, une autre ex-star du football a dévoilé son engagement en politique. Le Brésilien Ronaldinho, également élu meilleur joueur du monde en 2005, a rejoint, mardi 20 mars, le Parti républicain brésilien (PRB), une formation de droite dont est notamment issu l’actuel maire de Rio, Marcelo Crivella.

"Je suis heureux de pouvoir participer à un projet qui recherche le meilleur pour notre pays et qui est porteur de modernité, bonheur et santé pour toute la population", a déclaré Ronaldinho, 37 ans et retraité du football en janvier dernier. Pour l’heure, aucune information n’a filtré sur la nature de son engagement, même si cette adhésion pourrait théoriquement lui permettre d’être candidat aux prochaines élections générales, prévues en octobre 2018.

Dans un communiqué, le PRB – considéré comme la vitrine politique de l’Église universelle du Royaume de Dieu, un mouvement religieux de courant néo-pentecôtiste – a expliqué que l’ancien milieu de terrain s’était engagé "à contribuer aux projets et propositions du parti aux niveaux local et fédéral". Une source interne au PRB a toutefois précisé que "pour le moment, il n'a pas été décidé s'il se présenterait".

L’annonce de l’engagement de Ronaldinho en politique n’est pas une surprise, mais l’identité du parti qui a raflé la mise l’est un peu plus. Sans toutefois qu’aucune officialisation n’ait jamais filtré, le vénérable quotidien carioca O Globo avait annoncé, en décembre dernier, la candidature de l’ancien numéro 10 de la Seleçao au Sénat, sous la bannière de Patriota, un mouvement d’extrême droite dirigé par le controversé mais néanmoins populaire Jair Bolsonaro.

À l’époque, le joueur s’était affiché avec Gutemberg Fonseca, vice-président de Patriota, livre de Bolsonaro en main.

Si le parallèle avec Weah, chef d’État du Libéria depuis peu, est difficilement évitable, le Brésil est habitué à voir ses anciennes gloires du ballon rond aspirer ensuite aux fonctions politiques. Pelé, numéro 10 mythique de la Seleçao, avait notamment pris en mains le ministère des Sports entre 1995 et 1998. Plus récemment, deux stars de la génération 1994, Romario et Bebeto, ont aussi rejoint le paysage politique en briguant avec succès des postes de députés en 2010. Le premier est aujourd’hui sénateur tandis que le second occupe toujours son fauteuil à la chambre basse du Parlement brésilien.

Première publication : 21/03/2018

  • CÔTE D'IVOIRE

    Drogba préfère s'engager dans l'humanitaire que dans la politique

    En savoir plus

  • CATALOGNE

    Football : la victoire très politique du Gérone de Puigdemont contre le Real Madrid

    En savoir plus

  • LIBERIA

    Liberia : la star du football George Weah prête serment comme président

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)