Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Foxtrot" : Samuel Maoz dissèque la société israélienne

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Marchés financiers : les investisseurs craignent la remontée des taux américains

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Téhéran à Washington : "Quitter l'accord sur le nucléaire iranien n'est pas une option"

En savoir plus

FOCUS

Espagne : en Catalogne, certains redoutent une radicalisation du mouvement indépendantiste

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Donald Trump et Emmanuel Macron : "bromance", "pellicules"... et Iran

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Législatives au Liban : les femmes en campagne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vincent Bolloré en garde à vue dans une enquête sur ses concessions portuaires en Afrique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Entre Donald Trump et Emmanuel Macron, des gestes de sympathie très remarqués

En savoir plus

LE DÉBAT

Macron aux États-Unis : Iran, Syrie, commerce, climat... les sujets qui fâchent

En savoir plus

Amériques

Pérou : accusé de corruption, le président Pedro Pablo Kuczynski démissionne

© Capture d'écran | Accusé de corruption, le président du Pérou, Pedro Pablo Kuczynski, a remis sa démission mercredi 21 mars.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/03/2018

Dans une allocution télévisée, le président péruvien, Pedro Pablo Kuczynski, a présenté sa démission mercredi au Congrès à la veille d'un vote du Parlement sur sa destitution. Accusé de corruption, il calme son innocence.

Empêtré dans une affaire de corruption et visé par une procédure de destitution, le président péruvien Pedro Pablo Kuczynski a remis, mercredi 21 mars, sa démission au Congrès. Il a officialisé sa décision dans une allocution télévisée adressée à la Nation.

"Face à cette situation difficile qui me fait paraître injustement coupable, je pense que le mieux pour le pays est que je démissionne de la présidence de la République", a déclaré le président du Pérou.

Pedro Pablo Kuczynski est ciblé depuis plusieurs mois par une campagne qui vise à lui faire quitter le pouvoir. Il est notamment accusé d'avoir octroyé des contrats publics en contrepartie d'un soutien politique, ce qu'il a toujours démenti.

Ce qu'on lui reproche ? D'avoir menti sur ses liens avec le géant brésilien du BTP Odebrecht, qui dit avoir versé des millions de dollars de pots-de-vin au Pérou.

>> À lire aussi : Odebrecht, le scandale qui fait trembler toute l'Amérique latine

"On l'a mis en garde sur ses connexions avec des entreprises, à un moment où Odebrecht n'était pas encore sur le devant de la scène", souligne l'analyste politique Eduardo Dargent.

Victime d'un Parlement dominé par l'opposition

"PPK", comme on l'appelle en raison de ses initiales et de son nom imprononçable pour bien des Péruviens, a pâti d'un Parlement dominé par l'opposition.

"Le fait de ne pas avoir un groupe parlementaire solide - à peine 17 députés sur 130 - et ses liens avec des entreprises jouaient en sa défaveur", estime Eduardo Dargent.

C'est le premier vice-président, Martin Vizcarra, qui devrait succcéder à Pedro Pablo Kuczynski.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 21/03/2018

  • ÉTATS-UNIS

    Donald Trump participera au sommet des Amériques, à Lima

    En savoir plus

  • PEROU

    Vers un nouveau procès de l'ancien président du Pérou Alberto Fujimori, récemment gracié

    En savoir plus

  • PÉROU

    Le Pérou frappé par un séisme meurtrier de magnitude 7,3

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)