Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Nicaragua : la fuite en avant d'Ortega

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Paul Sanchez est revenu" et "Fleuve noir" : noir, c'est noir

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Israël, "État-nation du peuple juif" : un projet de loi controversé

En savoir plus

FOCUS

Pour trouver un emploi, les jeunes Chinoises passent sous le bistouri

En savoir plus

FACE À FACE

Mondial-2018 : une victoire pour les Bleus... et Emmanuel Macron ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Michel Sidibé : "On a une crise au niveau de la prévention" du sida

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Mines en Guyane : le projet Montagne d'or "inacceptable" pour les autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Donald Troll"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Après la victoire des Bleus, "comment entretenir la flamme ?"

En savoir plus

Taxes: Washington et l'UE cherchent une issue "acceptable" pour les deux parties (communiqué)

© AFP/Archives | Le secrétaire américain au Commerce Wilbur Ross lors d'un discours le 26 février 2018 à Washington

WASHINGTON (AFP) - 

Washington et l'Union européenne ont annoncé mercredi qu'ils s'efforçaient de trouver une solution "acceptable" pour les deux parties dans les plus brefs délais dans le conflit les opposant sur les taxes sur les importations d'acier et d'aluminium.

"Nous sommes convenus de lancer immédiatement un processus de discussions avec le président Trump et l'administration Trump sur les dossiers commerciaux qui nous préoccupent, incluant l'acier et l'aluminium, pour trouver une solution mutuellement acceptable aussi rapidement que possible", indique un communiqué commun du secrétaire américain au Commerce Wilbur Ross et de la Commissaire européenne au Commerce Cecilia Malmström.

Donald Trump avait annoncé le 8 mars qu'il allait imposer des taxes à l'importation de 25% sur l'acier et de 10% sur l'aluminium pour protéger l'industrie américaine et garantir la sécurité nationale du pays, suscitant une vague de protestations, notamment de la part de l'UE.

Le président américain en a toutefois exempté dans un premier temps le Canada et le Mexique, partenaires des Etats-Unis au sein de l'accord nord-américain de libre-échange (Aléna). Le ministère du Commerce américain a également ouvert lundi un processus d'exemption qui peut permettre à des entreprises basées aux Etats-Unis de demander à ne pas être soumises à ces taxes.

Cecilia Malmström était arrivée mardi à Washington pour des entretiens avec des responsables américains avec la volonté de faire exempter l'Union européenne "dans son ensemble".

Les entretiens avec Wilbur Ross ont également porté sur la surproduction chinoise pour ces deux produits et Mme Malström devait rencontrer mercredi le représentant américain au Commerce (USTR) Robert Lighthizer, avait indiqué un porte-parole de la représentation européenne dans la capitale fédérale américaine.

Le ministre allemand de l'économie Peter Altmaier avait lui aussi fait le déplacement à Washington lundi et mardi. Il avait alors fait état d'un possible compromis entre Américains et Européens sur la question de ces taxes.

Son homologue français, Bruno le Maire, a toutefois déclaré mardi alors qu'il se trouvait à la réunion du G20 à Buenos Aires que la France exigeait une exemption des taxes américaines "sans conditions".

"Nous avons en Europe une industrie sidérurgique et nous ne voulons pas qu?elle soit fragilisée par une décision inappropriée et unilatérale", a déclaré en conférence de presse le ministre français, sous-entendant que la France et l'Europe ne devaient pas payer les pots cassés d?un conflit entre Washington et Pékin.

L'Union européenne a déjà préparé une liste de produits américains qui pourraient à leur tour être visés par des taxes si celles envisagées par les Etats-Unis entraient en application, faisant courir le risque d'une guerre commerciale.

© 2018 AFP