Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Emmanuel Macron aux Etats-Unis : le président et Trump, une complicité et des désaccords

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Uberisation : naissance de l’entreprise 2.0

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Naïssam Jalal et le trio Amzik, nouveaux visages des musiques orientales

En savoir plus

L'INFO ÉCO

États-Unis-France : les taxes de la discorde

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Loi asile-immigration : "hystérisation" ou "Bérézina morale"?

En savoir plus

L’invité du jour

Jean-Claude Heudin : "L’intelligence artificielle, c’est un peu comme la force dans Star Wars"

En savoir plus

FOCUS

Cameroun : les ravages du Tramadol, drogue de synthèse prisée des jeunes

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Emmanuel Macron courtise Donald Trump, mais est-ce bien utile ?"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Herman Van Rompuy : "On ne convaincra les Européens qu'avec des résultats"

En savoir plus

Cheminots et fonctionnaires convergent dans la rue contre les réformes du gouvernement

© AFP / Par Sabine PRADELLA, Jeremy TALBOT | Calendrier des jours de grève de syndicats de cheminots à partir du 3 avril

PARIS (AFP) - 

Un trafic SNCF "très perturbé", des vols annulés, des écoles fermées: fonctionnaires et cheminots mènent jeudi une première charge contre les projets de réforme du gouvernement, pour un service public de qualité et la défense de leur statut.

A ces enjeux communs s'ajoutent des revendications propres. Sept syndicats (sur neuf) de la fonction publique mobilisés (CGT, FO, FSU, CFTC, Solidaires, FA-FP et CFE-CGC) réclament notamment une hausse de leur pouvoir d'achat. Les cheminots, qui ont choisi le même jour pour défiler, défendent eux l'avenir du rail.

Concernant la SNCF, "c'est une forme d'alerte auprès du gouvernement", a prévenu Laurent Berger jeudi sur RTL. Pour le numéro un de la CFDT, la discussion doit "s'engage(r) vraiment avant que ça aille dans tous les sens".

A Paris, le "combat commun pour l'intérêt général" entre cheminots et fonctionnaires se traduira par une convergence des défilés à Bastille. Les premiers partiront à 13H de gare de l'Est, les seconds à 14H de Bercy.

En régions, les syndicats du secteur public prévoient environ 180 manifestations et rassemblements. Des cheminots grossiront les rangs.

Pour défendre le "service public" ferroviaire, une douzaine de partis de gauche - d'EELV au NPA en passant par le PCF et La France insoumise - défileront aux côtés des cheminots. Mais aussi Florian Philippot (ex-FN).

Face à ce qui constitue un test social d'envergure, le gouvernement affiche sa "très grande détermination à poursuivre les transformations" de la France. "Notre préoccupation est de nous assurer que les fils du dialogue et de la concertation sont toujours là", a insisté le porte-parole Benjamin Griveaux, au sujet de la SNCF.

Quant aux fonctionnaires, des discussions sont prévues jusqu'à fin octobre, a rappelé le secrétaire d'État Olivier Dussopt, réitérant sa volonté d'être "à l'écoute" des syndicats et l'engagement du gouvernement envers un service public "de qualité".

- "Coup de semonce" -

C'est la deuxième fois depuis l'arrivée au pouvoir d'Emmanuel Macron que les agents publics se mobilisent, après le 10 octobre où des centaines de milliers d'entre eux ont battu le pavé contre la suppression annoncée de 120.000 postes, le rétablissement du jour de carence et le gel des salaires.

Depuis, Édouard Philippe a dévoilé un projet de réforme qui prévoit un recours accru aux contractuels (agents non statutaires) et des plans de départs volontaires, ce qui fait craindre aux syndicats une fonction publique "morcelée" et "externalisée".

"Les réformes envisagées par le gouvernement ne vont pas dans le bon sens", a dénoncé jeudi sur RFI le secrétaire général de la CGT Fonction publique, Baptiste Talbot, évoquant une "journée test".

Côté cheminots, la colère est vive face à la volonté du gouvernement de réformer la SNCF par ordonnances, en la transformant en société anonyme et en abandonnant le statut de cheminots à l'embauche.

Avant même la grève prévue à partir du 3 avril pour trois mois en pointillés, le trafic SNCF est "très perturbé" avec deux TGV sur cinq en circulation, un TER sur deux, un Transilien sur trois, un Intercité sur quatre, trois trains internationaux sur quatre. Jeudi matin, le trafic était "conforme aux prévisions" avec "une très faible affluence" dans les gares, selon un porte-parole.

La manifestation à Paris est "un coup de semonce" et "tout porte à croire qu'à partir du 3 avril, ce sera fort également", a averti Roger Dillenseger (Unsa). En faisant grève massivement jeudi, les cheminots dénoncent "la volonté de la ministre (des Transports Élisabeth Borne) de refuser de vraies négociations et de passer en force", selon Erik Meyer (SUD).

De son côté, la grève dans la fonction publique entraîne des perturbations dans le trafic aérien, avec 30% des vols annulés au départ et à l'arrivée des aéroports de Roissy, Orly et Beauvais. A Nice Côte-d'Azur, 18 vols au départ et 16 à l'arrivée devaient être annulés, selon la deuxième plateforme aéroportuaire de France.

Dans les écoles, un enseignant sur quatre sera en grève en moyenne, d'après le SNUipp-FSU (1er syndicat), avec de fortes disparités selon les départements (20% en Dordogne, près de 55% en Seine-Saint-Denis). Dans le second degré, les professeurs ne sont pas tenus de se déclarer à l'avance.

Parmi les autres secteurs qui pourront être touchés figurent les crèches, l'examen du permis de conduire, les bibliothèques ou la collecte des ordures, à Paris notamment.

Par Sabine PRADELLA, Jeremy TALBOT

© 2018 AFP