Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Afrique du Sud : violentes manifestations à Mahikeng

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La fin d'une ère : Arsène Wenger quitte Arsenal

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Contestation sociale en France : l'impossible concertation ?

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans la peau d'un batelier du Nord

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le géant américain Starbucks accusé de racisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Emmanuel Macron peut-il réformer la Zone euro ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Café en capsules : "L'impact écologique est considérable"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Qui a peur de la dette ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le succès des monnaies locales

En savoir plus

Affaire Skripal: Moscou accuse Londres de pousser l'UE à la confrontation avec les Russes

© POOL/AFP / Par Maria PANINA | La Première ministre britannique Theresa May (c), le président français EMmanuel MAcron et la chancelière allemande Angela Merkel à Bruxelles, le 23 mars 2018

MOSCOU (AFP) - 

La Russie a accusé vendredi le Royaume-Uni de pousser ses alliés européens à la confrontation avec les Russes, après la décision de l'UE de rappeler son ambassadeur à Moscou en signe de soutien à Londres dans l'affaire de l'empoisonnement d'un ex-espion russe.

L'empoisonnement de l'ex-agent double russe Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia, le 4 mars, à Salisbury en Grande-Bretagne, a provoqué une grave crise diplomatique entre Moscou et Londres et détérioré des relations déjà tendues, après que la Première ministre britannique Theresa May ait affirmé que la Russie était "très probablement" derrière l'attaque.

Réunis jeudi à Bruxelles pour un sommet, les dirigeants de l'Union européenne sont tombés d'accord "pour considérer, avec le gouvernement britannique, que la Russie est très probablement derrière l'attaque de Salisbury et qu'il n'y a pas d'autre explication possible", a annoncé jeudi soir le président du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk.

Dans la foulée, l'UE a décidé de rappeler son ambassadeur en Russie pour "consultations", une décision dénoncée vendredi avec véhémence par Moscou, qui clame son innocence depuis le début de l'affaire.

"Nous regrettons qu'une nouvelle fois on prenne de telles décisions en utilisant la formulation +très probablement+", a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, en déplorant que la Russie "ne puisse toujours pas obtenir des informations" de Londres sur cette affaire.

- cap vers la crise -

Les autorités britanniques "cherchent fiévreusement à forcer leurs alliés à prendre des mesures visant à la confrontation" avec Moscou, a accusé pour sa part le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, en visite à Hanoï et cité par l'agence publique russe RIA Novosti.

Pour M. Lavrov, Londres a pris "le cap pour rendre la crise avec la Russie la plus profonde possible".

"L'incident de Salisbury s'inscrit dans le cadre des attaques menées par la Russie contre l'Europe", a déclaré jeudi Theresa May à son arrivée à Bruxelles. "La menace russe ne respecte pas les frontières", a-t-elle affirmé.

Dans leur déclaration commune, les 28 ont affirmé que l'implication de la Russie est la "seule explication plausible" pour l'attaque chimique de Salisbury, affichant leur soutien unanime à la Grande-Bretagne.

Ayant désigné Moscou comme responsable de l'empoisonnement de Sergueï Skripal, Londres a déjà expulsé 23 diplomates russes, qui ont quitté mardi son territoire, et annoncé le gel des relations bilatérales.

La Russie a ordonné en représailles l'expulsion de diplomates britanniques, qui ont commencé à quitter Moscou vendredi, selon les agences de presse russes.

Sur fond de ces expulsions réciproques, certains dirigeants européens envisagent aussi d'expulser des diplomates russes ou de rappeler leur ambassadeur, a affirmé jeudi à l'AFP un responsable européen.

- 'nouvelle campagne antirusse' -

La présidente lituanienne Dalia Grybauskaité a ainsi publiquement dit réfléchir à une telle expulsion.

La France s'est également déclarée prête à "de possibles mesures, décidées sur une base nationale, en concertation avec d?autres pays européens", selon l'Elysée.

"Nous sommes déterminés à réagir de manière unie, par la parole, et le cas échéant par de nouvelles mesures, a pour sa part commenté Angela Merkel.

Le ministère russe des Affaires étrangères a réagi en appelant l'UE à "encourager plutôt ses partenaires britanniques à entamer des consultations constructives" avec la Russie, et réitéré sa volonté de coopérer avec Londres dans le cadre de cette affaire.

"Nous regrettons que l'UE ait préféré suivre le cours d'une nouvelle campagne antirusse lancée par Londres", a indiqué le ministère dans un communiqué.

"Tout cela n'est qu'une provocation", a jugé Sergueï Lavrov, alors que la Russie regrette de n'avoir toujours pas accès à la citoyenne russe Ioulia Skripal, hospitalisée avec son père "dans un état critique mais stable" selon Londres, ni aux échantillons de la substance utilisée selon les autorités britanniques pour leur empoisonnement.

"La Russie n'a absolument rien à voir avec l'affaire Skripal", a à nouveau insisté vendredi Dmitri Peskov.

Par Maria PANINA

© 2018 AFP