Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Nicaragua : la fuite en avant d'Ortega

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Paul Sanchez est revenu" et "Fleuve noir" : noir, c'est noir

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Israël, "État-nation du peuple juif" : un projet de loi controversé

En savoir plus

FOCUS

Pour trouver un emploi, les jeunes Chinoises passent sous le bistouri

En savoir plus

FACE À FACE

Mondial-2018 : une victoire pour les Bleus... et Emmanuel Macron ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Michel Sidibé : "On a une crise au niveau de la prévention" du sida

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Mines en Guyane : le projet Montagne d'or "inacceptable" pour les autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Donald Troll"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Après la victoire des Bleus, "comment entretenir la flamme ?"

En savoir plus

FRANCE

Un nouveau préfet nommé à Mayotte pour régler la crise

© Ornella Lamberti, AFP | Des poubelles sont brûlées dans une rue de Mayotte, samedi 24 mars 2018, à Majicavo.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/03/2018

Édouard Philippe avait promis de nommer un délégué gouvernemental pour résoudre la crise à Mayotte. Ce sera finalement un nouveau préfet : Dominique Sorain. Il "présentera, dans un délai d'un mois, un train de mesures sociales et économiques".

Vers une sortie de crise à Mayotte ? Le gouvernement a nommé, mercredi 28 mars, un nouveau préfet, Dominique Sorain, en remplacement de Frédéric Veau, a annoncé la ministre des Outre-mer Annick Girardin à la presse, alors que le mouvement de contestation dans ce département est entré dans sa sixième semaine.

Jusqu'alors directeur de cabinet de la ministre des Outre-mer, Dominique Sorain, nommé également "délégué du gouvernement", sera "accompagné d'une équipe interministérielle qui viendra renforcer les services de l'État sur place", a indiqué la ministre.

Autour du délégué, "l'équipe interministérielle sera en lien direct avec élus, acteurs du mouvement social, société civile et présentera, dans un délai d'un mois, un train de mesures sociales et économiques en faveur du développement et du redressement de Mayotte", a-t-elle précisé.

>> À voir : Mayotte : le fléau de la délinquance juvénile

"Les entraves à la circulation, la mise en danger d'autrui, les opérations de justice communautaire et le racket organisé sur certains barrages sont des faits graves passibles de poursuites", a souligné Annick Girardin.

Victoire de la candidate soutenue par LREM lors de la législative partielle

Depuis plus d'un mois, le département français est sous tension, notamment à cause de la montée de l'insécurité attribuée en grande partie aux Comoriens en situation illégale, et d'un sentiment d'abandon par la France.

Des signes de baisse de tension sont toutefois apparus ces derniers jours : les barricades érigées dans le cadre du mouvement social contre l'insécurité et l'immigration ont été temporairement levées, samedi 24 mars, afin de permettre à la population de se ravitailler.

Le comité de coordination des élus de Mayotte a pour sa part décidé la réouverture, lundi 26 mars, des services publics des collectivités, qui avaient été fermés depuis le 5 mars en signe de ralliement au mouvement contre l'insécurité.

>> À lire : À Mayotte, une maternité "extraterritoriale" dans un désert médical ?

C'est dans ce climat tendu, qu'une législative partielle a été organisée, dimanche 25 mars. Ramlati Ali, la candidate soutenue par La République en Marche (LREM), a été réélue. Son élection en juin 2017 avait été invalidée en raison d'un infime écart de voix.

Avec AFP

Première publication : 28/03/2018

  • MAYOTTE

    Législative partielle à Mayotte : duel entre la députée sortante et le candidat LR

    En savoir plus

  • FRANCE

    Législative partielle à Mayotte : Marine Le Pen appelle à voter pour le candidat Les Républicains

    En savoir plus

  • MAYOTTE

    Mayotte : poursuite du blocage de l'île malgré un accord de principe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)