Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle malienne, la Cour constitutionnelle valide la victoire d'IBK

En savoir plus

LE DÉBAT

8 ans après, Athènes tourne la page des plans d'aide

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taysir Batniji : "Mes cousins palestiniens exilés aux États-Unis se sentent Américains"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les Vénézuéliens face à l’hyperinflation

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La Grèce, ses blessures fermées, et celles qui restent ouvertes"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

BILLET RETOUR

Retour dans les pays qui ont marqué l’actualité, les villes traumatisées par la guerre, une catastrophe naturelle ou un désastre industriel. Le dimanche à 21h10. Et dès le vendredi, en avant-première sur internet!

Dernière modification : 30/03/2018

Vidéo : au Soudan, la pression économique se desserre, mais pas l’étau du régime

© Capture d'écran France 24

Nos reporters Bastien Renouil et Élodie Cousin sont retournés à Khartoum, la capitale du Soudan, six mois après la levée des sanctions américaines. Tandis que les Soudanais ont subi pendant 20 ans l’embargo économique américain, facteur d'asphyxie pour l'économie, ils espèrent désormais voir changer en bien leur quotidien. Mais le régime, malgré sa volonté affichée de s’ouvrir au reste du monde, reste très critiqué pour les atteintes aux droits de l’Homme et aux libertés.

Cela faisait 20 ans que les Soudanais attendaient la levée de l'embargo économique américain imposé en 1997 par Bill Clinton. À l’époque, le Soudan était un soutien important du mouvement Al-Qaïda et de sa figure emblématique, Oussama Ben Laden, qui vécut à Khartoum de 1992 à 1996.

Alors, le 6 octobre dernier, quand la nouvelle tant attendue a été annoncée, des milliers de Soudanais sont descendus dans les rues de la capitale pour fêter la fin de deux décennies de calvaire. Quelques bannières étoilées ont même été brandies dans les rues. Un symbole inimaginable il y a encore quelques années.

Si Barack Obama avait fait le premier pas en levant les sanctions durant une période de six mois, à compter de janvier 2017, c'est bien Donald Trump qui a fini par entériner la mesure. En échange de la levée de l’embargo, le Soudan s'est engagé à travailler avec les services de renseignements américains, notamment en matière de lutte contre les groupes islamistes.

"Mauvais message" ?

Bien que le Soudan figure encore sur la liste noire américaine des États qui financent le terrorisme, de nombreux secteurs vont désormais bénéficier de la nouvelle donne économique. Les hôpitaux, notamment, peuvent enfin s'équiper en matériel neuf, principalement conçu par des entreprises américaines. Jusqu'à présent, nombre de malades devaient faire le trajet jusqu'au Caire pour trouver des infrastructures en bon état. La compagnie aérienne Sudan Airways sort aussi d'un long tunnel : sous l’embargo, Airbus et Boeing ne livraient plus d'appareils au pays et refusaient de remplacer les pièces usagées des avions de la compagnie nationale. Enfin, les entreprises soudanaises vont pouvoir exporter de nombreux produits, quand seul le pétrole trouvait acquéreur jusqu’ici. La culture du coton, autrefois point fort du pays, a par exemple été abandonnée ces deux dernières décennies et va pouvoir être relancée.

>> La levée de sanctions américaines au Soudan suscite critiques et interrogations

Mais ces derniers mois, à Karthoum, la vie n’est pas devenue rose comme par enchantement. Loin de là. S’il faudra du temps à l’économie pour se relever, c’est la question des droits de l’Homme et des libertés publiques qui inquiète le plus. De nombreuses ONG, comme Human Rights Watch, s’indignent : "Lever les sanctions de manière permanente envoie un mauvais message, alors que le Soudan a fait très peu de progrès en matière de droits humains". Pour l’ONG, "un tel gouvernement ne devrait pas être récompensé".

Guerres et répression politique

Le régime d'Omar el-Béchir, accusé de crimes contre l'humanité par la Cour pénale internationale, est l'un des plus répressifs d'Afrique. Les opposants sont régulièrement jetés en prison, tout comme les défenseurs des droits de l’Homme, tandis que deux conflits ensanglantent toujours le pays : la guerre du Darfour et celle du Kordofan du Sud. Le régime d'el-Béchir est accusé d’avoir tué des milliers de civils, notamment lors de bombardements, dont certains auraient été menés avec des armes chimiques...

>> Omar el-Béchir, l'autocrate soudanais qui défie la justice internationale

Avec la levée de l’embargo et l’ouverture de l’économie, le quotidien des Soudanais pourrait certes s’améliorer. Mais leurs attentes en matière de libertés publiques et de respect des droits de l'Homme restent, elles, immenses.

Par Bastien RENOUIL , Elodie COUSIN , Vincent ROUX

Les archives

22/06/2018 Asie - pacifique

Shenzhen, ancien port de pêche symbole du miracle économique chinois

Alors que le Premier ministre français Édouard Philippe se rend vendredi 22 juin à Shenzhen pour la première étape de sa visite de quatre jours en Chine, nos reporters se sont...

En savoir plus

08/06/2018 FRANCE

Que reste-t-il de la France "Black-Blanc-Beur" de 1998 ?

La plupart des Français savent où ils étaient ce soir-là. Le 12 juillet 1998, l'équipe de France est sacrée championne du monde de foot, après avoir battu le Brésil 3-0. Peu...

En savoir plus

25/05/2018 Roméo LANGLOIS

La bataille et ses héros en mémoire, Kobané se reconstruit

Dans le nord de la Syrie, Kobané a subi en 2014 une bataille longue et meurtrière, impliquant les jihadistes de l'EI, les forces kurdes et la coalition internationale. Plus de...

En savoir plus

11/05/2018 Thaïs BROUCK

En Somalie, que reste-t-il des pirates des temps modernes ?

Il y a encore dix ans, les pirates somaliens attaquaient fréquemment les bateaux au large de la Somalie, face à la côte du Puntland. À l'origine de cette vague de violence : la...

En savoir plus

28/04/2018 Amériques

Vidéo : San Francisco, une ville en sursis en attendant le "Big One"

Tous les Californiens le savent : un jour ou l'autre, il arrivera. Le "Big One", ce séisme majeur et catastrophique. Selon les experts, il devrait se produire dans les trois...

En savoir plus