Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Le géant américain Starbucks accusé de racisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Emmanuel Macron peut-il réformer la Zone euro ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Café en capsules : "L'impact écologique est considérable"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Qui a peur de la dette ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'Atelier des Lumières offre une vie numérique aux œuvres de Klimt

En savoir plus

TECH 24

La guerre des données : pas de confiance, pas de data !

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Gérard Garouste

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : un printemps pachtoune ?

En savoir plus

MODE

Haute Couture été 2018 : l'obsession asiatique de Julien Fournié

En savoir plus

SCIENCES

Découverte de l'étoile la plus lointaine jamais observée

© ESA, Hubble, Nasa, AFP | Prise de vue du téléscope Hubble de la Nasa.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/04/2018

Les scientifiques ont détecté, à l'aide du télescope spatial Hubble de la Nasa, l'étoile la plus lointaine jamais observée. Icare, de son surnom, est une supergéante bleue un million de fois plus lumineuse et deux fois plus chaude que notre soleil.

Serait-ce la mère des étoiles ? Les scientifiques ont annoncé, lundi 2 avril, avoir détecté l'étoile la plus lointaine jamais observée. Et pas n’importe laquelle puisqu’il s’agit d’une supergéante bleue, qui est jusqu'à un million de fois plus lumineuse et environ deux fois plus chaude que notre soleil. Les chercheurs ont déclaré avoir utilisé le télescope spatial Hubble de la Nasa pour repérer cette étoile située à quelque 9,3 milliards années-lumières de la Terre.

L'étoile repérée s'appelle officiellement MACS J1149 + 2223 Lensed Star-1. Mais ceux qui l'ont découverte l'ont surnommée Icare. Située dans une lointaine galaxie spirale, Icare est au moins 100 fois plus éloignée que les autres étoiles précédemment observées, à l'exception des objets comme les énormes explosions de supernova qui marquent la mort de certaines étoiles.

"Bizarrerie de la nature"

Des galaxies plus anciennes ont été repérées mais leurs étoiles individuelles étaient indiscernables. Les scientifiques ont profité d'un phénomène appelé "lentille gravitationnelle" pour repérer l'étoile. Il implique la flexion de la lumière par des amas très massifs de galaxies entre l'observateur et la source lumineuse, ce qui grossit et rend visibles les objets célestes lointains qui autrement seraient indétectables.

"La partie de l'univers où l'on peut voir des étoiles est très petite, mais cette sorte de bizarrerie de la nature nous permet de voir des volumes beaucoup plus grands", a déclaré l'astronome Patrick Kelly, de l'Université du Minnesota, auteur principal de la recherche publiée dans la revue Nature Astronomy.

"Nous serons maintenant en mesure d'étudier en détail à quoi ressemblait l'univers - et en particulier comment les étoiles ont évolué et quelle est leur nature - presque jusqu'aux premières étapes de l'univers et aux premières générations d'étoiles", a ajouté Patrick Kelly. Parce que sa lumière a pris tant de temps à atteindre la Terre, observer cette étoile revient à remonter le temps quand l'univers avait moins d'un tiers de son âge actuel.

Avec Reuters

Première publication : 03/04/2018

  • AÉROSPATIALE

    La station spatiale chinoise Tiangong-1 achève sa course dans le Pacifique

    En savoir plus

  • ESPACE

    2017 fera date pour la politique spatiale en Afrique

    En savoir plus

  • UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

    Stephen Hawking : brillant scientifique et idole des geeks

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)