Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Réformes en France : vers une convergence des luttes ?

En savoir plus

POLITIQUE

Visite d'Emmanuel Macron à Washington : Que peut-il espérer de cette rencontre avec Donald Trump ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sting : "Avec Shaggy, on a presque oublié qu'on enregistrait un disque!"

En savoir plus

FOCUS

Face à une crise des déchets qui s’éternise, des Libanais se mobilisent

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Kanye West s'improvise "philosophe" sur Twitter

En savoir plus

L’invité du jour

Martine Landry : "On ne demande pas à accueillir toute la misère du monde mais à prendre notre part"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Rencontre Macron-Merkel à Berlin : une feuille de route pour réformer la zone euro ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Sur l'Europe, "Macron et Merkel rentrent dans le dur"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Cuba tourne-t-elle vraiment la page de l'ère Castro ?

En savoir plus

Asie - pacifique

L'ex-présidente sud-coréenne Park Geun-hye condamnée à 24 ans de prison pour corruption

© Jung Yeonj-je, AFP | L'ex-présidente sud-coréenne Park Geun-hye lors de son procès à Séoul, le 7 août 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/04/2018

L'ancienne présidente sud-coréenne, Park Geun-hye, a été reconnue coupable de corruption pour son implication dans un vaste scandale de trafic d'influence et condamnée à une peine de vingt-quatre ans de prison et 13 millions d'euros d'amende.

L'ex-présidente sud-coréenne Park Geun-hye a été condamnée vendredi 6 avril par un tribunal de Séoul à vingt-quatre ans de prison dans le procès du retentissant scandale de corruption qui avait entraîné sa chute l'année dernière.

Première femme élue présidente en Corée du Sud, Park Geun-hye, qui avait été destituée et arrêtée en mars 2017, a été jugée coupable de corruption, abus de pouvoir ou encore coercition par le tribunal qui lui a aussi infligé une amende de 18 milliards de won (soit 13 millions d'euros).

Le juge Kim Se-yoon a notamment affirmé qu'elle avait contraint des entreprises sud-coréennes à verser des dizaines de milliards de wons à deux fondations contrôlées par sa confidente de l'ombre et "amie de quarante ans", Choi Soon-sil.

>> À lire sur France 24 : "Derrière la chute de la présidente sud-coréenne, sa vieille amie Choi Soon-sil"

"L'accusée a illégalement usé de son autorité présidentielle à la demande de Mme Choi pour obliger des entreprises à donner de l'argent aux fondations", a affirmé le magistrat. "Les entreprises ont été contraintes de donner des sommes importantes d'argent et l'accusée a laissé Mme Choi contrôler les fondations alors qu'elle n'avait pas le droit de le faire".

"Les sommes que l'accusée a reçues ou demandées en collaboration avec Mme Choi s'élèvent à plus de 23 milliards de wons", a poursuivi le juge.

Liens malsains

La fille aînée du dictateur militaire Park Chung-hee, qui avait accédé en 2013 à la fonction suprême en se drapant dans l'habit de l'incorruptible "Fille de la Nation", est emportée dans un scandale qui a de nouveau illustré les liens malsains entre le pouvoir politique local et les grands conglomérats.

Le parquet avait requis trente ans de prison, ainsi que 118,5 milliards de wons (89 millions d'euros) d'amende contre Park Geun-hye, en estimant qu'elle devait porter, en sa qualité d'ancienne présidente, la responsabilité du scandale.

Jugée dans un procès distinct, Choi Soon-sil a écopé en février de vingt ans d'emprisonnement.

Avec AFP

Première publication : 06/04/2018

  • CORÉE DU SUD

    Corée du Sud : l'ancien président Lee Myung-bak visé par un mandat d'arrêt

    En savoir plus

  • CORÉES

    La Corée du Sud dépêche une délégation au Nord pour mener des "discussions intensives"

    En savoir plus

  • RD CONGO

    Élections en RD Congo : la Corée du Sud met en garde contre la "machine à voter"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)