Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Afrique du Sud : violentes manifestations à Mahikeng

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La fin d'une ère : Arsène Wenger quitte Arsenal

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Contestation sociale en France : l'impossible concertation ?

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans la peau d'un batelier du Nord

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le géant américain Starbucks accusé de racisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Emmanuel Macron peut-il réformer la Zone euro ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Café en capsules : "L'impact écologique est considérable"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Qui a peur de la dette ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le succès des monnaies locales

En savoir plus

Afrique

Le Maroc menace d'intervenir militairement au Sahara occidental

© Fadel Senna, AFP | Le Premier ministre marocain Saad Eddine El Othmani livre un discours à Laayoune, le 9 avril 2018, lors d'une rencontre politique sur le Sahara occidental.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/04/2018

Les tensions continuent de s'accentuer entre le Maroc et l'Algérie autour du Sahara occidental. Après une mise en garde de Rabat sur le récent déploiement présumé du Front Polisario, le Maroc se dit désormais prêt à intervenir militairement.

Le Maroc a indiqué à l’Algérie par "canal diplomatique" qu’il était prêt à intervenir militairement si le Front Polisario ne se retirait pas de la "zone tampon", située à l’est du mur de défense au Sahara occidental, a révélé le site d’information Middle East Eye samedi 7 avril.

Citant une source diplomatique algérienne, le média avance que Rabat serait passé par l’intermédiaire d’un diplomate européen pour délivrer son message.

Le ministre des Affaires étrangères marocain, Nasser Bourita, avait déjà implicitement menacé d’agir mercredi dernier et avait demandé aux Nations unies et à Alger de "prendre leurs responsabilités" pour que le Front Polisario cesse son expansion au Sahara occidental, seul territoire du continent africain au statut post-colonial non réglé. Le Maroc en contrôle 80 %, le Front Polisario, 20 %

En début de semaine, l'ONU avait indiqué que sa mission au Sahara occidental (Minurso) "n'avait observé aucun mouvement d'éléments militaires dans le territoire nord-est". De son côté, le Front Polisario, qui a un rang d'observateur auprès des Nations unies, a démenti les accusations marocaines.

"L'Algérie arme le Polisario"

"L’Algérie finance, abrite, arme, soutient diplomatiquement le Polisario", avait déclaré le chef de la diplomatie marocain lors d’une conférence de presse, soulignant que les mouvements des forces indépendantistes constituent une "menace au cessez-le-feu" au Sahara et "compromettent sérieusement le processus politique".

Le Maroc demande que l'Algérie "prenne une part importante dans le processus politique, assume ses responsabilités dans la recherche d'une solution et joue un rôle à la hauteur de sa responsabilité dans la genèse de ce différend régional".

Le Front Polisario, soutenu par l'Algérie, ce réclame un référendum d'autodétermination pouvant conduire à l'indépendance, mais Rabat rejette toute autre solution que l'autonomie sous sa souveraineté.

Manifestation "patriotique" côté marocain

Les autorités marocaines ont organisé lundi 9 avril à Laâyoune, l'ancienne capitale du Sahara occidental, une grande manifestation patriotique destinée "à montrer au monde entier" que le pays est uni et prêt à tout face aux "provocations" du Front Polisario pour "défendre l'intégrité territoriale du royaume".

"Le but de cette réunion est de transmettre un message en interne et au niveau international : nous sommes tous mobilisés pour défendre la souveraineté marocaine et l'intégrité territoriale dans le cadre d'un front uni sous l'égide du roi", a déclaré le Premier ministre marocain Saad Eddine El Othmani à l'ouverture de cette journée "historique".

Pendant près de trois heures, les chefs des différents partis politiques, les élus locaux, les responsables régionaux et les chefs de tribus ont défilé à la tribune pour faire allégeance au roi du Maroc, Mohammed VI, dénoncer les "menaces" et "provocations" du Front Polisario et appeler les Nations Unies à faire respecter les règles du cessez-le-feu signé en 1991, après 16 ans de guerre.

Première publication : 09/04/2018

  • SAHARA OCCIDENTAL

    Front polisario : le Maroc dénonce la "responsabilité flagrante" de l'Algérie

    En savoir plus

  • MAROC

    Diplomate marocain "agressé" : la brouille s'envenime entre Alger et Rabat

    En savoir plus

  • MAROC

    Sahara occidental : comment le Maroc utilise l’immigration comme moyen de pression sur l’UE

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)