Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : L'opposition dénonce une fraude électorale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Brésil : le "docteur Popotin" arrêté

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde : Les bleus champions du monde : une fierté française retrouvée

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Football : l'excellence de la formation française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vincent Cassel, l’homme aux mille visages

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Affaire Benalla : "Les voyous de l'État Macron"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Nouvelle loi fondamentale en Israël : "Un coup dur pour les minorités"

En savoir plus

REPORTERS

Maracaibo, miroir de tous les maux du Venezuela

En savoir plus

FOCUS

Le couteau, nouvelle arme de prédilection des gangs londoniens

En savoir plus

Afrique

Soudan : le président Béchir ordonne la libération de "tous les détenus politiques"

© Ashraf Shazly / AFP | Le président soudanais Omar el-Béchir, le 2 avril 2018.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/04/2018

Le président soudanais Omar el-Béchir a ordonné la libération de tous les prisonniers politiques, a rapporté mardi un média d'État. Des centaines de dirigeants de l'opposition et de militants des droits de l'Homme avaient été arrêtés en janvier.

Le président soudanais Omar el-Béchir a ordonné mardi 10 avril la libération de "tous les détenus politiques" emprisonnés dans son pays, pour la plupart arrêtés après des manifestations contre la hausse des prix, a rapporté l'agence de presse officielle Suna.

En janvier, des manifestations pour protester contre la hausse des prix - notamment du pain - avaient été réprimées par la police dans plusieurs villes du Soudan. Des centaines de dirigeants de l'opposition, de militants des droits de l'Homme et de manifestants avaient été arrêtés.

"Le président Omar el-Béchir a émis un décret stipulant la libération de tous les détenus politiques dans le pays", a indiqué l'agence officielle Suna, précisant que cette mesure s'inscrivait dans le cadre de "la promotion de la paix au sein de toutes les formations politiques".

Heurts sanglant en 2013

Certains militants ont déjà été libérés mais plusieurs opposants politiques demeurent en détention, comme le secrétaire général du parti communiste soudanais, Mokhtar al-Khatib et Khaled Omar, du parti du Congrès soudanais.

Les ambassadeurs des États-Unis et de l'Union européenne au Soudan avaient exhorté les autorités à libérer les dizaines de personnes arrêtées lors des manifestations.

En 2016, le Soudan avait déjà été le théâtre d'un mouvement de protestation après la décision des autorités de réduire les subventions sur le carburant, mesure qui avait entraîné une forte hausse des prix.

Le régime avait rapidement réprimé ce mouvement afin de ne pas voir se reproduire les heurts sanglants de 2013, déjà liés à une précédente réduction des subventions sur l'essence et qui avaient fait des dizaines de morts, selon des groupes de défense des droits de l'Homme.

Avec AFP

Première publication : 10/04/2018

  • FOOTBALL

    Soudan : Salma al-Majidi, première femme sur le banc d'un club de football masculin

    En savoir plus

  • SOUDAN

    Manifestations au Soudan contre l'envolée des prix du pain

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Le président Omar el-Béchir demande à la Russie de protéger le Soudan des États-Unis

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)