Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Afrique du Sud : violentes manifestations à Mahikeng

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La fin d'une ère : Arsène Wenger quitte Arsenal

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Contestation sociale en France : l'impossible concertation ?

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans la peau d'un batelier du Nord

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le géant américain Starbucks accusé de racisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Emmanuel Macron peut-il réformer la Zone euro ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Café en capsules : "L'impact écologique est considérable"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Qui a peur de la dette ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le succès des monnaies locales

En savoir plus

Afrique

Algérie : trois jours de deuil national après le crash de l'avion militaire à Boufarik

© Ryad Kramdi, AFP | L'avion militaire s'est écrasé peu après son décollage de la base aérienne de Boufarik, mercredi 11 avril, à une trentaine de kilomètres au sud d'Alger.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/04/2018

Après le crash d'un avion militaire algérien qui a fait 257 victimes mercredi, le président Abdelaziz Bouteflika a annoncé trois jours de deuil national.

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a décrété un deuil national de trois jours à compter du mercredi 11 avril, après la mort de 257 personnes dans le crash d'un avion militaire au sud d'Alger, selon un communiqué officiel.

La présidence de la République a également annoncé que la Prière de l’Absent serait récitée en mémoire des victimes après la grande prière musulmane hebdomadaire du vendredi.

Pour une raison encore indéterminée, un avion militaire s'est écrasé peu après son décollage de la base aérienne de Boufarik, mercredi matin, à une trentaine de kilomètres au sud d'Alger, avant de prendre feu. Il assurait un vol entre Boufarik – qui abrite une importante base militaire – et les villes de Tindouf (sud-ouest) et Béchar (ouest).

Commission d’enquête

Le vice-ministre algérien de la Défense et chef d'état-major de l'armée, le général Ahmed Gaïd Salah, a ordonné la mise en place "immédiate d'une commission d'enquête afin de déterminer les circonstances de l'accident".

La majorité des victimes sont des militaires et leur famille, selon le ministère de la Défense, qui n’a fait état d’aucun survivant. Parmi les victimes figurent également 30 Sahraouis, "des malades et leurs accompagnateurs, hommes, femmes et enfants, qui revenaient d’Algérie où ils étaient allés se soigner", a indiqué le Front Polisario, qui a déclaré sept jours de "deuil national".

Pire catastrophe aérienne

Cet accident est la pire catastrophe aérienne – civile ou militaire – survenue en Algérie et la quatrième la plus meurtrière dans le monde depuis 20 ans.

Plusieurs appareils militaires algériens ont subi des accidents ces dernières années, faisant des dizaines de victimes.

En février 2014, 77 personnes, militaires et membres de leur famille, avaient péri dans l'accident d'un Hercules C-130, appareil de transport de l'armée algérienne, qui s'était écrasé alors qu'il survolait le mont Fortas, près d'Oum El Bouaghi (500 km à l'est d'Alger).

Plus récemment, en mars 2016, 12 militaires algériens sont morts quand leur hélicoptère s'est écrasé dans le sud du pays en raison d'une panne technique.

Avec AFP

Première publication : 11/04/2018

  • ALGÉRIE

    L'Algérie donne son accord à la béatification à Oran des moines de Tibéhirine

    En savoir plus

  • SAHARA OCCIDENTAL

    Front polisario : le Maroc dénonce la "responsabilité flagrante" de l'Algérie

    En savoir plus

  • ALGÉRIE

    Ahmed Ouyahia, l’homme du serail qui ne fait pas d’ombre à Bouteflika

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)