Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Avec L'Impératrice, la "French touch" fait des petits

En savoir plus

FOCUS

Malgré les accusations de corruption et le blocus, le Qatar tient à son Mondial-2022

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Coupe du monde 2018 : la France affrontera la Croatie en finale

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Trump et Poutine ont rendez-vous à Helsinki

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Assouplissement quantitatif : l'arme lourde des banques centrales

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Les Bleus champions du monde : "Un bonheur éternel"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Le HCR s'oppose aux centres fermés : "Demander l'asile n'est pas un crime"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Tourisme : qui veut traverser l'Europe en train ?

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Les Bleus champions du monde : quel impact sur la croissance française ?

En savoir plus

FRANCE

Affaire de Tarnac : Julien Coupat et Yildune Lévy relaxés

© Pascal Lachenaud, AFP | Panneau signalant la sortie du village de Tarnac, en Corrèze.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/04/2018

Les principaux prévenus, Yildune Lévy et Julien Coupat, ont été relaxés des poursuites de sabotage d'une ligne SNCF et d'association de malfaiteurs par le tribunal correctionnel de Paris, qui estime que "le groupe de Tarnac était une fiction".

Les militants anticapitalistes du groupe dit de Tarnac, Julien Coupat et Yildune Lévy, ont été relaxés, jeudi 12 avril, pour les faits de dégradation de matériel ferroviaire de la SNCF et d'association de malfaiteurs qui leur ont valu un procès en correctionnelle.

Julien Coupat, 43 ans, et Yildune Lévy, 34 ans, étaient notamment soupçonnés d'avoir saboté une caténaire de ligne TGV en novembre 2008, ce qu'ils ont toujours nié. Initialement poursuivis pour terrorisme avant d'être jugés pour des délits de droit commun, ils ont en revanche été reconnus coupables d'avoir refusé un prélèvement biologique mais ont été dispensés de peine.

Julien Coupat était présenté à l'époque des faits comme le chef et l'idéologue du groupe de militants anticapitalistes qui vivaient en communauté dans le village corrézien de Tarnac.

Ils étaient alors dépeints par les pouvoirs publics comme des terroristes en puissance de la mouvance "anarcho-autonome", une réminiscence du groupe Action directe qui s'est illustré en 1979-1987 par des attentats et des assassinats.

>> À lire aussi : "Affaire Tarnac : en correctionnelle, l'épilogue attendu d'un fiasco judiciaire"

Mais la Cour de cassation avait définitivement écarté la qualification terroriste le 10 janvier 2017 et le jugement du tribunal correctionnel de Paris met fin à neuf années d'une procédure qui a vu le dossier se dégonfler considérablement.

Six autres militants du même groupe étaient également jugés en même temps que Julien Coupat et Yildune Lévy. Un seul a été condamné à quatre mois de prison avec sursis et 500 euros d'amende, pour recel de vols et tentative de falsification de documents administratifs. Tous les autres ont été relaxés des faits qui leur étaient reprochés.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 12/04/2018

  • JUSTICE

    Affaire Tarnac : en correctionnelle, l'épilogue attendu d'un fiasco judiciaire

    En savoir plus

  • FRANCE

    Affaire de Tarnac : le caractère "terroriste" non retenu par la justice

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)