Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : L'opposition dénonce une fraude électorale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Brésil : le "docteur Popotin" arrêté

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde : Les bleus champions du monde : une fierté française retrouvée

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Football : l'excellence de la formation française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vincent Cassel, l’homme aux mille visages

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Affaire Benalla : "Les voyous de l'État Macron"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Nouvelle loi fondamentale en Israël : "Un coup dur pour les minorités"

En savoir plus

REPORTERS

Maracaibo, miroir de tous les maux du Venezuela

En savoir plus

FOCUS

Le couteau, nouvelle arme de prédilection des gangs londoniens

En savoir plus

FRANCE

La peine de mort recule dans le monde, selon Amnesty International

© Stéphane de Sakutin, AFP | À ce jour, 142 pays sur 195 ont aboli la peine de mort en loi ou de facto.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/04/2018

Un rapport d'Amnesty publié jeudi 12 avril révèle que le nombre d'exécutions continue de reculer dans le monde. L'organisation de défense des droits de l'Homme a recensé 993 exécutions dans 23 pays en 2017.

La peine de mort continue de reculer dans le monde, alors que la Guinée et la Mongolie s'ajoutent à la liste des pays qui l'ont abolie, selon le rapport annuel d'Amnesty International publié jeudi 12 avril.

Au total, 993 exécutions ont été enregistrées dans 23 pays en 2017, soit un recul de 4 % par rapport à 2016, et de 39 % par rapport à 2015, une année record qui avait comptabilisé 1 634 exécutions.

Ces statistiques excluent la Chine, pays qui exécute le plus mais garde le chiffre exact secret. La Chine exceptée, l'Iran, l'Arabie saoudite, l'Irak et le Pakistan comptent à eux quatre 84 % des exécutions signalées dans le monde, bien qu'une diminution de 31 % au Pakistan et de 11 % en Iran ait été constatée l'année dernière.

Dans son décompte, Amnesty identifie une baisse remarquable des mises à mort notamment en Biélorussie, où les exécutions ont été réduites de moitié. Outre-Atlantique, les condamnations ont légèrement augmenté aux États-Unis, de 41 en 2017, contre 32 en 2016, le chiffre le plus bas enregistré dans le pays depuis 1973. Pour la seconde année consécutive, cependant, la première économie mondiale ne figure pas dans la liste des cinq pays qui exécutent le plus, occupant la 8e place du classement mondial.

L'Afrique "prochain continent abolitionniste"

L’Afrique n’est pas en reste de ces progrès dans le domaine des droits humains. Les ONG y notent une amélioration notable. Sur les 55 pays du continent, 19 ont déjà totalement aboli la peine de mort, et 24 ne la pratiquent plus, bien qu'elle soit encore en vigueur, selon les données de l'association Ensemble contre la peine de mort (EPCM), qui a organisé un congrès sur ce thème en début de semaine, à Abidjan. "Chaque année depuis 10 ans, un pays africain abolit la peine de mort", explique à l'AFP Raphaël Chenuil-Hazan, directeur général d'EPCM. "C'est une tendance continue. Après l'Europe et l'Amérique du Sud, l'Afrique est le prochain continent abolitionniste", juge-t-il.

En Afrique subsaharienne, La Guinée est devenue le 20e pays de la région à abolir la peine de mort. Et le nombre de condamnations a diminué, à 878 en 2017 contre 1 086 en 2016. La Gambie a par ailleurs signé un traité international l'obligeant à ne pas mener d'exécutions et à progresser vers l'abolition de la peine de mort. "L'évolution perçue en Afrique subsaharienne renforce l'espoir d'une suppression définitive des sanctions cruelles, inhumaines et dégradantes", a affirmé Salil Shetty, secrétaire générale d'Amnesty International.

Un progrès qui mérite d'être "reconnu", a déclaré à l'AFP Makmid Kamara, directeur adjoint du programme sur les questions mondiales, avant d'ajouter que ces chiffres "inciteront peut-être d'autres gouvernements à suivre le même l'exemple."

Au Bénin, où la peine capitale est officiellement abolie depuis 2016, ce n’est qu’en février 2018 que le gouvernement a commué les condamnations de 14 détenus en réclusion criminelle à perpétuité, sous la pression de l’organisation de défense des droits humains.

Des condamnations en hausse au Nigeria

L’Égypte s’est démarqué aussi par un déclin de 20 % du nombre de peines prononcées. Mais la condamnation à mort, mardi 10 avril, de 36 personnes pour leur implication dans des attentats contre des églises en Égypte, est venue ternir ces efforts.

Douze pays africains dont le Botswana, l’Éthiopie ou le Soudan, pratiquent encore la peine capitale. Les condamnations ont même augmenté au Nigeria. Selon un rapport d'Amnesty, 621 personnes ont été condamnées à mort en 2017 dans le pays le plus peuplé d’Afrique, bien qu'aucune sentence n'ait été exécutée. Ils étaient 527 en 2016 contre 171 en 2015. Une augmentation de peine de morts que Amnesty a dénoncé.

Jusqu'à présent, 142 pays sur 195 ont aboli la peine de mort en loi ou de facto, 106 l'ayant totalement abrogée dont 20 en Afrique depuis 1981.

Avec AFP

Première publication : 13/04/2018

  • TURQUIE

    La directrice d'Amnesty International en Turquie maintenue en détention

    En savoir plus

  • FRANCE

    État d'urgence en France : Amnesty International dénonce de nombreux abus

    En savoir plus

  • FRANCE

    Amnesty international pointe du doigt la France en matière de droits humains

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)