Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Nicaragua : la fuite en avant d'Ortega

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Paul Sanchez est revenu" et "Fleuve noir" : noir, c'est noir

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Israël, "État-nation du peuple juif" : un projet de loi controversé

En savoir plus

FOCUS

Pour trouver un emploi, les jeunes Chinoises passent sous le bistouri

En savoir plus

FACE À FACE

Mondial-2018 : une victoire pour les Bleus... et Emmanuel Macron ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Michel Sidibé : "On a une crise au niveau de la prévention" du sida

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Mines en Guyane : le projet Montagne d'or "inacceptable" pour les autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Donald Troll"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Après la victoire des Bleus, "comment entretenir la flamme ?"

En savoir plus

Affaire Kering: pour Macron, il est "évident" qu'un contrôle fiscal vise le groupe

© AFP/Archives | Le PDG du groupe Kering François-Henri Pinault lors de la présentation annuelle des résultats, le 13 février 2018 à Paris

PARIS (FRANCE) (AFP) - 

Emmanuel Macron a jugé dimanche qu'il était "évident" que le groupe français de luxe Kering, qui aurait selon le site d'information Mediapart soustrait environ 2,5 milliards d'euros d'impôts depuis 2002, dont une partie au fisc français, faisait l'objet d'un contrôle fiscal en France.

Selon un article de Mediapart publié mi-mars, "le numéro 2 mondial du luxe a évadé environ 2,5 milliards d'euros d'impôts depuis 2002, pour l'essentiel au préjudice de l'Italie, mais aussi de la France et du Royaume-Uni".

Concernant la France, "la maison Saint-Laurent a éludé à elle seule le paiement d'environ 180 millions d'euros d'impôts en France", a écrit le média.

Interrogé pour savoir s'il allait demander au ministre des Comptes publics de saisir la justice pour récupérer cet argent, M. Macron a répondu: "Est-ce que vous pensez une seule seconde que le contrôle fiscal français est resté inactif face à ça?".

Soulignant que le président de la République ne donnait "pas d'instructions aux équipes du contrôle fiscal", il a indiqué que l'administration fiscale, quand elle voyait des articles comme celui de Mediapart, lançait "immédiatement un contrôle fiscal".

"Il est évident que l'affaire dont vous parlez (...) elle est en ce moment où on parle l'objet d'un contrôle fiscal", a-t-il encore insisté, tout en soulignant qu'il n'avait "pas à connaître" ces affaires.

© 2018 AFP