Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Nicaragua : la fuite en avant d'Ortega

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Paul Sanchez est revenu" et "Fleuve noir" : noir, c'est noir

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Israël, "État-nation du peuple juif" : un projet de loi controversé

En savoir plus

FOCUS

Pour trouver un emploi, les jeunes Chinoises passent sous le bistouri

En savoir plus

FACE À FACE

Mondial-2018 : une victoire pour les Bleus... et Emmanuel Macron ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Michel Sidibé : "On a une crise au niveau de la prévention" du sida

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Mines en Guyane : le projet Montagne d'or "inacceptable" pour les autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Donald Troll"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Après la victoire des Bleus, "comment entretenir la flamme ?"

En savoir plus

Des fleurs au bondage: la mode à Coachella

© AFP | Un fan emmitouflé dans une couverture Beyoncé à Coachella en avril 2018

INDIO (ETATS-UNIS) (AFP) - 

Si Coachella est devenu l'un des festivals de musique les plus attendus, ce n'est pas seulement grâce aux artistes de renommée mondiale qui y jouent: les tenues des festivaliers constituent également une attraction en soi dans le désert californien.

Loin des marques vendues à grand coup de promotion par les créateurs, les fans attirent l'attention grâce à leur sens de la mode particulier, entre innovation et inhibition.

- Bondage printanier -

Le duo s'habille en vert de la tête aux pieds, mais pas nécessairement entre les deux.

Tiana Tuttle et T.J. Sonnier, tous deux venus de Los Angeles, ont recouvert leur corps de filet vert, assorti à leur maillot de bain et leur bonnet. Cela fait des années que le duo met au point son déguisement. Tiana Tuttle, 23 ans, explique qu'ils veulent explorer le bondage sous l'angle de la mode.

"On veut être cette chose sexy et allumeuse dans le coin que vous pouvez regarder quand le show vous ennuie", explique T.J. Sonnier, 22 ans.

- Une passion pour les fleurs -

Cela fait 12 ans que Hillary Osgood, 31 printemps au compteur, se rend à des festivals, et surtout à Coachella. Elle pense toujours - et ne l'oublie jamais sur place - à prendre son parasol mauve qui la protège du soleil et lui permet de ne pas passer inaperçue.

Cette année la flore est à l'honneur: motifs imprimés sur le haut, et fleurs artificielles enroulées autour de la tête pour former une couronne.

"C'est un moyen d'illustrer le style de Coachella. Ce n'est pas tous les jours qu'on trouve un endroit où on peut afficher son style en toute liberté."

© 2018 AFP