Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Nicaragua : la fuite en avant d'Ortega

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Paul Sanchez est revenu" et "Fleuve noir" : noir, c'est noir

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Israël, "État-nation du peuple juif" : un projet de loi controversé

En savoir plus

FOCUS

Pour trouver un emploi, les jeunes Chinoises passent sous le bistouri

En savoir plus

FACE À FACE

Mondial-2018 : une victoire pour les Bleus... et Emmanuel Macron ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Michel Sidibé : "On a une crise au niveau de la prévention" du sida

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Mines en Guyane : le projet Montagne d'or "inacceptable" pour les autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Donald Troll"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Après la victoire des Bleus, "comment entretenir la flamme ?"

En savoir plus

EUROPE

Frappes en Syrie : France et Royaume-Uni devant leurs Parlements

© Simon Dawson, AFP | La Première ministre britannique, Theresa May, le 14 avril 2018 devant le 10, Downing Street.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/04/2018

Les gouvernements français et britanniques devront s'expliquer devant leurs Parlements respectifs, lundi, à propos des frappes effectuées en Syrie en coordination avec les États-Unis.

Lundi 16 avril, la Première ministre britannique Theresa May se présentera devant le Parlement pour évoquer la participation du Royaume-Uni aux frappes en Syrie menées avec la France et les États-Unis, en représailles à l’attaque présumée chimique à Douma, le 7 avril. Le même jour, en France, un débat sans vote aura lieu à l'Assemblée nationale et au Sénat.

Des deux côtés de la Manche, des voix se sont élevées samedi, parmi l’opposition, pour regretter que les représentations nationales n’aient pas été consultées avant les attaques en Syrie.

Côté britannique, où l’usage depuis l'intervention en Irak en 2003 veut que l’on consulte le Parlement avant toute intervention militaire, les partis d'opposition et plusieurs ONG ont condamné la décision de Theresa May.

"Le Royaume-Uni devrait jouer un rôle de leader dans la recherche d'un cessez-le-feu dans ce conflit, et non recevoir des instructions de Washington", a réagi le leader de l'opposition à la Chambre des Communes, le travailliste Jeremy Corbyn, qui a réclamé un vote sur le sujet, dimanche sur la BBC.

Côté français, plusieurs personnalités politiques, à l’instar du leader de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon, ont regretté qu'il n'y ait pas eu de vote du Parlement en amont de l’opération militaire.

Fondement légal

Dans les deux cas, les gouvernements estiment avoir agi dans les limites de la légalité. Theresa May a assuré samedi que les frappes étaient "légales", son gouvernement publiant ensuite un document avalisant l'intervention d'un point de vue juridique. "En vertu du droit international, le Royaume-Uni est autorisé, à titre exceptionnel, à prendre des mesures pour soulager des souffrances humanitaires écrasantes", affirme ce document. "La base légale du recours à la force est l'intervention humanitaire". Un raisonnement "légalement discutable", selon Jeremy Corbyn.

>> À lire sur France 24 : Syrie : la France justifie ses frappes "légitimes" et "circonscrites"

"Marcher dans le sillage d'un président américain imprévisible ne peut remplacer un mandat de la chambre des Communes", a tancé le leader du Parti libéral-démocrate (centre), Vince Cable, rejoint sur ce point par Stewart McDonald, un porte-parole du Parti nationaliste écossais, troisième force politique au Parlement.

En France, le débat devant le Parlement, inscrit dans la Constitution, ne doit intervenir qu’après la décision de faire intervenir les forces armées à l'étranger. Les présidents du Sénat, Gérard Larcher (LR), et de l’Assemblée nationale, François de Rugy (LREM), avaient toutefois été informés du déclenchement des frappes avant qu'elles ne débutent.

Le Premier ministre, Édouard Philippe, devrait les recevoir le 15 avril à 11 h, ainsi que les responsables des groupes politiques, pour leur confirmer la tenue du débat de lundi. Les présidents des commissions des Affaires étrangères et de la Défense de l'Assemblée et du Sénat ont également été conviés.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 15/04/2018

  • MOYEN-ORIENT

    Échec d'une résolution de l'ONU pour condamner les frappes en Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    Armes chimiques en Syrie : "la ligne rouge" et l'échec du désarmement

    En savoir plus

  • SYRIE

    Syrie : la France justifie ses frappes "légitimes" et "circonscrites"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)