Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Afrique du Sud : violentes manifestations à Mahikeng

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La fin d'une ère : Arsène Wenger quitte Arsenal

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Contestation sociale en France : l'impossible concertation ?

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans la peau d'un batelier du Nord

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le géant américain Starbucks accusé de racisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Emmanuel Macron peut-il réformer la Zone euro ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Café en capsules : "L'impact écologique est considérable"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Qui a peur de la dette ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le succès des monnaies locales

En savoir plus

Slovaquie : nouvelle manifestation pour demander le départ du chef de la police

© AFP | Des dizaines de milliers de Slovaques ont manifesté le 15 avril 2018 à Bratislava pour exiger le départ du chef de la police

BRATISLAVA (AFP) - 

Des dizaines de milliers de Slovaques ont manifesté dimanche pour exiger le départ du chef de la police, redoutant qu'une vraie enquête ne soit pas conduite sur l'assassinat d'un journaliste qui travaillait sur la corruption dans le pays.

Quelque 30.000 personnes sont descendues dans la rue à Bratislava, selon les organisateurs, pour appeler Tibor Gaspar, le chef de la police, à la démission.

Le ministre de l'Intérieur Tomas Drucker devrait annoncer la semaine prochaine ses intentions concernant M. Gaspar.

Cette crise a éclaté après le meurtre en février de Jan Kuciak, qui avait enquêté sur la corruption et sur des liens entre des hommes d'affaires italiens soupçonnés de relations avec la mafia calabraise, la 'Ndrangheta, et des hommes politiques slovaques, y compris dans l'entourage du Premier ministre de l'époque Robert Fico.

Ce dernier a démissionné depuis et a été remplacé par Peter Pellegrini. Le nouveau gouvernement de la coalition tripartite est composé en majorité de personnes ayant appartenu au précédent, dont certains, comme M. Pellegrini, ancien vice-Premier ministre, ont changé d'attributions.

© 2018 AFP