Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Nicaragua : la fuite en avant d'Ortega

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Paul Sanchez est revenu" et "Fleuve noir" : noir, c'est noir

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Israël, "État-nation du peuple juif" : un projet de loi controversé

En savoir plus

FOCUS

Pour trouver un emploi, les jeunes Chinoises passent sous le bistouri

En savoir plus

FACE À FACE

Mondial-2018 : une victoire pour les Bleus... et Emmanuel Macron ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Michel Sidibé : "On a une crise au niveau de la prévention" du sida

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Mines en Guyane : le projet Montagne d'or "inacceptable" pour les autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Donald Troll"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Après la victoire des Bleus, "comment entretenir la flamme ?"

En savoir plus

Chenu (FN) juge "ringard" le concept d'union des droites

© AFP/Archives | Sébastien Chenu, membre du bureau exécutif du Front national, à l'Assemblée nationale le 3 octobre 2017 à Paris

PARIS (FRANCE) (AFP) - 

Sébastien Chenu, membre du bureau exécutif du Front national, a jugé "restrictif" et "ringard" le concept d'union des droites pour parvenir au pouvoir, plaidant pour un "rassemblement national" allant "au-delà" de cette union.

"Je trouve ça tellement restrictif l'union des droites", a-t-il lancé sur Sud Radio, quelques jours après la publication dans Valeurs actuelles d'une tribune cosignée par Thierry Mariani (Les Républicains) et des élus d'extrême droite appelant à l'"unité" de la droite.

"Union des droites non", a tranché M. Chenu, plaidant pour une "union des Français qui considèrent que la nation est importante, que ce qui fait la solidité de notre Etat nation, de son système de protection sociale, ses grands piliers, la laïcité, etc., doivent être défendus, et ça c'est pas la propriété de la droite", a-t-il estimé.

Il faut aller "au-delà de l'union des droites, je trouve ça ringard comme concept. Pourquoi limiter à la droite ?", a poursuivi cet ancien secrétaire général de l'UMP, appelant à contrer Emmanuel Macron à travers un "rassemblement national" de "tous ceux qui croient en la nation comme réponse aux problèmes de notre société et comme capacité à se projeter dans l'avenir".

Le Front national a proposé en mars à ses militants de changer le nom du parti en "Rassemblement national" pour tenter de retrouver la dynamique qui l'avait portée au second tour de la présidentielle.

Thierry Mariani avait déjà appelé en mars à un rapprochement entre LR et le FN. La publication la semaine dernière de la tribune qu'il a cosignée avec des élus d'extrême droite a poussé LR, par la voix de sa vice-présidente Virginie Calmels, à répéter qu'une "alliance" entre LR et le FN "serait pour (elle) bien plus qu?une erreur, ce serait une faute pour un parti politique qui a toujours veillé à ne pas tomber dans la démagogie et l?intolérance".

Laurent Wauquiez avait indiqué début avril que Thierry Mariani "ne fera(it) plus partie des Républicains" s'il opérait "le moindre début de commencement d'alliance" avec le FN.

Le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, a, lui, lancé en novembre une plateforme d'union des droites baptisée Les Amoureux de la France, que le Centre national des indépendants et paysans (CNIP), petit parti conservateur défenseur de la ruralité, a rejoint début avril.

© 2018 AFP