Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Visite de Donald Trump au Royaume-Uni : nouveau coup de théâtre

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Donald Trump : le Président qui divise l'Europe?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

L'amour à la française, mythe ou réalité ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani en danseuse de break, un nouveau défi relevé

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Portugal : l'eucalyptus met le feu aux poudres

En savoir plus

FOCUS

Syrie : à Idleb, se reconstruire grâce au sport

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macron au Congrès à Versailles : l'État-providence est-il obsolète ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : une séparation en douceur est-elle encore possible ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts à Essaouira

En savoir plus

Dépendance: la CFDT dit "non" à une nouvelle journée de solidarité

© AFP/Archives | Dépendance: la CFDT dit "non" à une nouvelle journée de solidarité

PARIS (FRANCE) (AFP) - 

La CFDT s'est opposée lundi à l'idée d'une deuxième journée de solidarité, piste envisagée par le gouvernement pour financer la dépendance, et a appelé le gouvernement à "arrêter les bricolages".

Evoquée par la ministre de la Santé Agnès Buzyn, l'idée d'une deuxième journée de solidarité a été jugée "intéressante" dimanche soir par le président Emmanuel Macron.

"C'est injuste et loin d'être à la hauteur des enjeux", a réagi la CFDT dans un communiqué.

"L'effort de financement nécessaire ne peut être supporté exclusivement par les salariés", a ajouté le premier syndicat du secteur privé, qui considère que "cela équivaudrait à une baisse de pouvoir d'achat de 0,3%".

La centrale a appelé le gouvernement à "arrêter les bricolages sur le financement de la protection sociale".

"S'agissant d'un risque universel, la CFDT considère qu'il doit être financé principalement par des impôts affectés reposant sur tous les revenus (et notamment sur toutes les successions) à l'instar de la CSG", a-t-elle plaidé.

Instaurée après la canicule de l'été 2003, qui avait fait 15.000 morts en France, la journée de solidarité, travaillée mais non payée, a rapporté 2,37 milliards d'euros en 2017, selon la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA).

© 2018 AFP