Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Le bois de chêne menacé en France ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Retour triomphal des Bleus : "Une histoire de France"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Rencontre avec Poutine : la "trahison ouverte" de Trump

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Mondial-2018 : la sacre des Bleus profite à la Française des Jeux

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Avec L'Impératrice, la "French touch" fait des petits

En savoir plus

FOCUS

Malgré les accusations de corruption et le blocus, le Qatar tient à son Mondial-2022

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Coupe du monde 2018 : la France affrontera la Croatie en finale

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Trump et Poutine ont rendez-vous à Helsinki

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Assouplissement quantitatif : l'arme lourde des banques centrales

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Grands titres, éditos, photos et dessins du jour... Nos chroniqueurs passent en revue les Unes de la presse française et étrangère, ainsi que les débats qui l’alimentent. Du lundi au vendredi à 7h15 et 9h15.

Dernière modification : 16/04/2018

Intervention occidentale en Syrie : "comme l'eau sur les plumes d'un canard", selon Moscou

© France 24

Dans la presse, ce lundi 16 avril, les commentaires de la presse étrangère à l’intervention télévision d’Emmanuel Macron et à sa défense de l’intervention occidentale en Syrie. Et l’histoire d’un commerçant anglais prié de crier moins fort sur les marchés.

<span><span>Le + </span></span>: Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre <span><span>i</span></span><span>Phone</span> ou sur <span>tout autre mobile</span>. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur <span>Facebook</span>

 

Dans la presse, ce matin, les réactions, à l’étranger, à l’intervention télévisée d’Emmanuel Macron, hier soir.

 

Sur la forme, tout d’abord, Le Temps relève la combativité du président français – «ce granit médiatique» qui n’a jamais semblé «vraiment ébranlé par les questions vigoureuses» de ses intervieweurs, et dont «la meilleure défense» serait «sa connaissance des dossiers et sa conviction que «l’ordre républicain» est souhaité par une majorité de ses concitoyens». Le journal suisse crédite toutefois ses deux intervieweurs du fait qu’ils ont réussi à aborder quelques questions «qui font mal» : «l’ivresse de l’autorité présidentielle, l’absence de contre-pouvoirs, la volonté présumée de vouloir imposer un modèle économique où le marché serait roi à un pays toujours assoiffé d'égalité».

 

Dans cette interview, Emmanuel Macron a notamment défendu sa décision de frapper la Syrie. Oui, les alliés ont agi dans un cadre légal, non, ils n’ont pas déclaré la guerre à la Syrie, et oui, ces frappes ne sont qu’un préalable à une future action diplomatique - voilà en résumé le plaidoyer du président français. Mais ce n’est pas cela qu’a retenu la presse anglo-saxonne – pour qui LA phrase de la soirée fut la déclaration d’Emmanuel Macron sur le fait qu’il aurait réussi à convaincre Donald Trump de rester en Syrie - des propos à la une du Times, au Royaume-Uni, qui explique que la France tente de «capitaliser» sur son rôle dans l’intervention. «Le président français dit qu’il a pressé Trump de se cantonner à des frappes ciblées», note aussi The Wall Street Journal. D’après le quotidien américain, le président français tenterait «d’affirmer son leadership en Syrie», alors qu’il affronte des critiques, en France, sur le fait que sa participation aux frappes en Syrie est «injustifiée» et constitue une perte d’indépendance.

 

Ces doutes sont partagés par la presse étrangère. L’Orient Le Jour estime que l’intervention des alliés ne changera pas la donne en Syrie. «La diplomatie gigote, et Assad veut avancer sur le terrain»: le journal libanais cite les observateurs qui voient dans leurs frappes «un coup d’épée dans l’eau» à, l’impact «assez limité». «Aujourd’hui, rappelle le quotidien, le président syrien contrôle plus de la moitié du territoire dont la totalité de la Ghouta orientale, et entend continuer sur sa lancée en se dirigeant vers deux zones rebelles, Derra et Idleb». «Tant que Poutine soutiendra Assad… », prévient Le Soir, sous-entendant que Moscou continue, malgré tout, à détenir la clé du problème. Le journal belge cite, lui, un expert du centre Carnegie à Moscou, pour qui «la réplique de Moscou devrait en rester aux mots, sans directe confrontation armée. Au Kremlin, dit-il, ils sont durs mais pas fous».

 

En Russie, Kommersant accuse à son tour les Occidentaux de chercher à «poursuivre la guerre par d’autres moyens», les frappes étant assimilées à un «nouvel ultimatum» adressé à Moscou. Mais il n’est plus question, désormais, d’éventuelles représailles - le ton est nettement en-dessous des déclarations martiales de la semaine dernière, comme si les frappes occidentales glissaient sur Moscou comme sur l’eau les plumes d’un canard.

Beaucoup plus virulentes, en revanche, sont les critiques adressées à Donald Trump et Theresa May. Le dessinateur Riddel, pour The Guardian, prête de sombres arrière-pensées au président américain. «Maintenant que tout le monde regarde ailleurs, je vais les écraser, ils sont toxiques, ce sont des menteurs», dit-il. «Poutine et Assad?», demande Theresa May, dont on reconnaît les chaussures léopard émergeant d’une poubelle. «Non, Stormy Daniels et Robert Mueller» - l’actrice porno qui accuse D.Trump d’avoir acheté son silence, et le procureur spécial qui enquête sur les liens entre Trump et la Russie. Theresa May doit s’expliquer quant à elle aujourd’hui devant les parlementaires britanniques. On la voit surgir en tenue de pilote de l’armée de l’air dans la Chambre des Communes dans un dessin signé Jennings, toujours pour The Guardian. «Ben quoi ? », lance-t-elle aux élus qui l’attendent de pied ferme, bras croisés.

 

On se quitte, d’ailleurs, au Royaume-Uni, avec une affaire beaucoup moins dramatique. The Telegraph raconte l’histoire de Wayne Bellows, qui porte bien son nom, puisque «bellow», en anglais signifie «parler très fort» - que Wayne Bellows, un commerçant du marché de Lymington, s’est vu interdire de crier pour appâter les chalands, les habitants du quartier s’étant plaints d’être réveillés trop brutalement le matin. Bellows du coup n’a plus le droit de crier que le soir. La décision l’aurait laissé sans voix. On comprend un peu les riverains, car le niveau atteint par la voix du commerçant aurait atteint les 111 décibels, soit le niveau atteint par exemple lors d’un concert de rock. C’est ce qu’on appelle avoir un bel organe.

 

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française(du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale(du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

17/07/2018 Sandrine GOMES

Retour triomphal des Bleus : "Une histoire de France"

À la une de la presse, mardi 17 juillet, le retour triomphal des Bleus après leur victoire au Mondial, acclamés à l'unisson car ils ont fait l'histoire. La joie du football...

En savoir plus

17/07/2018 Sandrine GOMES

Rencontre avec Poutine : la "trahison ouverte" de Trump

Les débats dans la presse s'intéressent ce mardi 17 juillet à la première rencontre bilatérale entre Donald Trump et Vladimir Poutine, lundi à Helsinki. Au vu de l'attitude du...

En savoir plus

16/07/2018 Clément BONNEROT

Les Bleus champions du monde : "Un bonheur éternel"

À la une de la presse, lundi 16 juillet, la victoire de la France en Coupe du monde de football, l'euphorie des joueurs et des supporters, les larmes des Croates et la fierté de...

En savoir plus

13/07/2018 Clément BONNEROT

"Elle est à nous" : les Croates optimistes avant la finale du Mondial-2018

Dans cette deuxième revue de presse du vendredi 13 juillet, la "relation spéciale" entre le Royaume-Uni et les États-Unis, mise à mal par Donald Trump, le scandale du "dirty...

En savoir plus

13/07/2018 Clément BONNEROT

Trump au Royaume-Uni : "Une visite très peu diplomate"

À la une de la presse ce vendredi 13 juillet, la visite très controversée de Donald Trump au Royaume-Uni, le désarroi des opposants à Bachar al-Assad après la reprise par l'armée...

En savoir plus