Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INFO ÉCO

États-Unis-France : les taxes de la discorde

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Loi asile-immigration: "hystérisation" ou "Bérézina morale"?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Emmanuel Macron courtise Donald Trump, mais est-ce bien utile ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Afrique du Sud : violentes manifestations à Mahikeng

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La fin d'une ère : Arsène Wenger quitte Arsenal

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Contestation sociale en France : l'impossible concertation ?

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans la peau d'un batelier du Nord

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le géant américain Starbucks accusé de racisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Emmanuel Macron peut-il réformer la Zone euro ?

En savoir plus

Wall Street ouvre en hausse, moins inquiète des tensions commerciales

© AFP/Archives | Des traders à la Bourse de New York, le 10 avril 2018

NEW YORK (AFP) - 

Wall Street montait lundi à l'ouverture, l'entrée cette semaine dans le coeur de la saison des résultats d'entreprises éclipsant au moins temporairement les inquiétudes de conflits géopolitiques et commerciaux.

Vers 13H40 GMT, l'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, s'appréciait de 0,51% à 24.484,96 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, avançait de 0,36% à 7.132,12 points.

L'indice élargi S&P 500 progressait de 0,41% à 2.667,08 points.

La Bourse de New York avait terminé en baisse vendredi, affectée par un recul marqué du cours des valeurs financières et la crainte d'une escalade des tensions autour de la Syrie: le Dow Jones avait perdu 0,50%, et le Nasdaq 0,47%.

Mais "les frappes menées par les Etats-Unis contre la Syrie ont finalement été interprétées par les marchés comme un non-événement", dans la mesure où elles sont restées limitées et ne seront a priori pas renouvelées dans l'immédiat, selon Fawad Razaqzada de Forex.com.

"Les investisseurs restent sur leurs gardes face à une éventuelle montée des tensions entre la Russie et les pays occidentaux", mais pour l'instant Moscou "n'a pas riposté".

"Les investisseurs vont donc pouvoir se concentrer sur la suite de la publication des résultats des entreprises américaines", ont estimé les analystes de Mirabaud Securities Genève.

"Si vendredi, ça a été la douche froide pour le secteur bancaire (avec pourtant des résultats meilleurs qu'attendu pour Citigroup et Wells Fargo), les résultats notamment de Goldman Sachs, Morgan Stanley, Netflix, Johnson & Johnson, Alcoa, Procter & Gamble et General Electric (attendus dans la semaine) pourraient donner un nouvel élan aux indices", ont-ils souligné.

Les prévisions des analystes sont cependant "très élevées" et un "tout petit accroc sera immédiatement sanctionné", ont-ils averti.

Lundi, Bank of America s'appréciait de 0,03% après avoir fait part de résultats trimestriels solides portés par une baisse de ses impôts et une hausse des prêts accordés aux ménages.

Après la clôture ce sera au tour de Netflix de dévoiler ses chiffres.

Lse indicateurs du jour étaient mitigés, l'activité manufacturière dans la région de New York ayant ralenti sa progression en avril mais les ventes au détail rebondissant plus que prévu en mars dans le pays.

Le marché obligataire reculait: le taux d'emprunt à 10 ans des Etats-Unis progressait à 2,853% contre 2,827% vendredi soir, et celui à 30 ans à 3,051% contre 3,027% avant le week-end.

© 2018 AFP