Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Espagne : dans l'enfer des exploitations de fraises

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Ortega Basta"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Google à l'amende pour "abus de position dominante" : les leçons du cas Microsoft

En savoir plus

LE DÉBAT

Nicaragua : la fuite en avant d'Ortega

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Paul Sanchez est revenu" et "Fleuve noir" : noir, c'est noir

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Israël, "État-nation du peuple juif" : un projet de loi controversé

En savoir plus

FOCUS

Pour trouver un emploi, les jeunes Chinoises passent sous le bistouri

En savoir plus

FACE À FACE

Mondial-2018 : une victoire pour les Bleus... et Emmanuel Macron ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Michel Sidibé : "On a une crise au niveau de la prévention" du sida

En savoir plus

Deutsche Bahn nomme un ancien secrétaire d'Etat comme premier censeur

© AFP/Archives | Selon la presse allemande, d'autres personnes issues des partis au pouvoir vont faire leur entrée au conseil de surveillance de Deutsche Bahn

FRANCFORT (AFP) - 

Deutsche Bahn a désigné mardi un ancien secrétaire d'État au ministère des Transports, Michael Odenwald, pour présider le conseil de surveillance, marquant une emprise renforcée du politique sur la compagnie ferroviaire publique allemande.

M. Odenwald, avocat de formation et membre de la CDU d'Angela Merkel, devient le premier censeur du géant du transport et de la logistique jusqu'à mars 2020, a indiqué Deutsche Bahn dans un communiqué.

L'homme de 60 ans, déjà membre du conseil de surveillance de Deutsche Bahn, remplace Utz-Hellmuth Felcht, un ancien patron dans la chimie, qui a quitté ses fonctions à la fin du mois de mars après un mandat de huit ans.

C'est la première fois depuis la réforme en profondeur de Deutsche Bahn en 1994, pour lui donner un statut d'entreprise privée (AG, ou SA en français), que le président du conseil de surveillance n'est pas issu des milieux économiques.

Selon la presse allemande, d'autres personnes issues des partis au pouvoir vont faire leur entrée au conseil de surveillance, en prenant la place de représentants du monde des affaires. Contacté par l'AFP, un porte-parole de Deutsche Bahn n'a pas pu donner de détails à cet égard.

L'emprise du politique sur Deutsche Bahn découle du contrat de coalition entre conservateurs et sociaux-démocrates adopté définitivement à la mi-mars.

Il y est stipulé que la privatisation de la compagnie est rejetée en tant que telle et qu'"en tant que propriétaires de Deutsche Bahn AG, nous ne visons pas la maximisation des profits, mais une maximisation utile du trafic ferroviaire".

Deutsche Bahn est confrontée à des "défis majeurs" au regard de l'influence du numérique dans la mobilité des personnes et la logistique des marchandises, ce qui veut dire qu'" il y a beaucoup à faire", selon M. Odenwald, cité dans un communiqué.

Le programme de coalition d'Angela Merkel contient un "pacte ferroviaire" qui vise à ce que deux fois plus de personnes voyagent en train en Allemagne d'ici 2030 et à ce que plus de marchandises soient transportées par les chemins de fer.

© 2018 AFP