Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : L'opposition dénonce une fraude électorale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Brésil : le "docteur Popotin" arrêté

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde : Les bleus champions du monde : une fierté française retrouvée

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Football : l'excellence de la formation française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vincent Cassel, l’homme aux mille visages

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Affaire Benalla : "Les voyous de l'État Macron"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Nouvelle loi fondamentale en Israël : "Un coup dur pour les minorités"

En savoir plus

REPORTERS

Maracaibo, miroir de tous les maux du Venezuela

En savoir plus

FOCUS

Le couteau, nouvelle arme de prédilection des gangs londoniens

En savoir plus

EUROPE

Au Parlement européen, Macron appelle à une "souveraineté réinventée" face à la tentation "autoritaire"

© Frédérick Florin, AFP | Emmanuel Macron s'adresse aux députés européens, le 17 avril 2018 à Strasbourg.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/04/2018

Le président français Emmanuel Macron s'est adressé, mardi, pour la première fois aux députés européens réunis à Strasbourg, afin de les mobiliser autour de son ambition de "refonder l'Europe".

Emmanuel Macron s’est exprimé mardi 17 avril au Parlement européen, à Strasbourg. Dans un hémicycle bondé, le chef de l'État français a appelé à une "souveraineté réinventée" de l’Europe face à la tentation "autoritaire".

"Si nous décidons d'abandonner notre attachement à la démocratie en Europe, nous ferons fausse route (...) La démocratie est notre meilleure chance", a-t-il notamment déclaré. "La réponse n’est pas la démocratie autoritaire. Elle est l’autorité de la démocratie", a-t-il ajouté.

"Je veux appartenir à une génération qui aura décidé de défendre fermement sa démocratie (...) Je ne céderai à aucune fascination pour les régimes autoritaires", a insisté Emmanuel Macron. "Je ne veux pas faire partie d'une génération de somnanbules."

Pour Caroline De Camaret, l’envoyée spéciale de France 24, Emmanuel Macron a réalisé un discours "très europhile". "C’était un grand discours sur les souverainetés européennes, qui ne sont pas incompatibles avec les souverainetés nationales. Elles les renforcent", a-t-elle décrit. "Il a beaucoup insisté sur le fait qu’il ne fallait pas être fasciné par les dérives autoritaires de certains régimes autour de nous."

Les explications de notre envoyée spéciale

Un programme européen pour financer les collectivités accueillant des réfugiés

Le président français s’est aussi exprimé sur la question des réfugiés. Il a proposé de "créer un programme européen" pour financer les collectivités locales accueillant des réfugiés, afin de dépasser "le débat empoisonné" sur les quotas de répartition au sein de l'UE.

"Je propose de créer un programme européen qui soutienne directement financièrement les collectivités locales qui accueillent et intègrent les réfugiés", a-t-il expliqué.

Pour Emmanuel Macron, il s'agit d'un des dossiers sur lesquels "nous devons obtenir des résultats tangibles". Pour cela, selon lui, il faut "débloquer le débat empoisonné sur le 'règlement de Dublin' et les relocalisations, mais aussi dépasser ce débat, en construisant la solidarité interne et externe dont l'Europe a besoin".

Les États membres de l'Union européenne se sont donné jusqu'en juin pour s'accorder sur une réforme du "réglement de Dublin", qui désigne quel pays a la responsabilité de traiter une demande d'asile faite en Europe. Ce dispositif décrié la confie presque toujours à ceux de première entrée dans l'UE, faisant peser une charge démesurée sur des pays comme la Grèce et l'Italie, mais sa réforme est enlisée depuis près de deux ans.

La Commission européenne, soutenue notamment par Berlin, propose de partager l'accueil par des quotas de "relocalisation", qui ne seraient toutefois déclenchés qu'en cas de crises comparables à celle de 2015, quand 1,26 million de personnes ont demandé l'asile dans l'UE. Mais plusieurs pays, la Pologne et la Hongrie en tête, refusent catégoriquement toute idée de répartition obligatoire, faisant notamment valoir l'opposition de leurs opinions publiques à de telles mesures.

Première publication : 17/04/2018

  • EUROPE

    La liste de Macron pour relancer l'Europe

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    Réforme de l’Union européenne : le plus dur commence pour Emmanuel Macron

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    Depuis Athènes, Macron lance un appel pour "refonder l’Europe"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)