Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Solo, a Star Wars story" : à l’origine du mythe

En savoir plus

FACE À FACE

Macron et les banlieues : une vision libérale ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Un archevêque australien condamné pour avoir couvert un pédophile"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Les marchés financiers inquiets pour l'Italie

En savoir plus

L’invité du jour

Marc Hecker : "Il faut faire plus sur la prévention de la radicalisation"

En savoir plus

FOCUS

Le divorce bientôt légal aux Philippines ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Mark Zuckerberg: "Opération contrition"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Opération antiterroriste au Burkina Faso : trois "présumés jihadistes" abattus

En savoir plus

LE DÉBAT

Banlieues en France : Macron annonce une "nouvelle méthode"

En savoir plus

FRANCE

La France expulse un imam salafiste vers l'Algérie pour ses prêches radicaux

© Anne-Christine Poujoulat, AFP | L'imam algérien El Hadi Doudi au palais de justice de Marseille, le 8 février 2018.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/04/2018

La France a expulsé vers l'Algérie l'imam salafiste El Hadi Doudi en raison des prêches radicaux qu'il faisait à Marseille. Après avoir suspendu une première demande, la Cour européenne des droits de l'Homme a finalement donné son feu vert, jeudi.

L’influent imam salafiste marseillais, El Hadi Doudi, accusé par le ministre de l'Intérieur de prêches haineux et extrémistes, a fini par être expulsé vendredi 20 avril dans la matinée, vers son pays, l'Algérie, a appris l'AFP auprès de la place Beauvau.

Le religieux, placé en centre de rétention administratif, était sous le coup d’un arrêté d'expulsion pris à son encontre mardi mais son application avait été aussitôt suspendue par la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) à la demande de son avocat.

Me Nabil Boudi avait invoqué le risque que son client subisse des tortures ou "traitements inhumains ou dégradants" s'il était renvoyé vers l'Algérie.

La Cour européenne avait alors accordé au gouvernement français un délai de 72 heures "afin de rassembler les informations complémentaires nécessaires à une prise de décision éclairée". Après examen des informations fournies par les parties, la CEDH a décidé d’autoriser l’expulsion d’El Hadi Doudi.

Mosquée fermée pendant six mois

L'imam âgé de 63 ans était dans le viseur de la police marseillaise, qui le considérait comme une "référence" du salafisme en France, notamment sur Internet et s'inquiétait de son influence.

Dans sa demande d'expulsion, le ministère de l'Intérieur mentionnait notamment des "actes de provocation explicite et délibérée à la discrimination, à la haine ou à la violence contre une personne déterminée ou un groupe de personnes", en l'occurrence les femmes, les juifs, les chiites, les personnes commettant l'adultère.

Dans son avis positif à cette demande d'expulsion, le 8 mars, une commission composée de magistrats administratifs et judiciaires marseillais avait relevé que "l'analyse de l'idéologie propagée par M. Doudi [...] démontre que l'autre est nié dans sa singularité et son humanité". Cet autre "est identifié uniquement par rapport à son sexe et à son appartenance ou non à une race, une religion, une catégorie de personnes, ce qui est attentatoire aux principes fondamentaux de la République", poursuivait la commission.

La mosquée où prêchait El Hadi Doudi, l'une des cinq plus vastes de Marseille, avait été fermée fin 2017 par la préfecture de police. La fermeture de ce lieu de culte, situé au cœur de la cité phocéenne, avait été entérinée par le Conseil d'État le 31 janvier.

Les juifs présentés comme "les frères des singes et des porcs"

En 2017, la préfécture avait été alertée sur la teneur des sermons prononcés par El Hadi Doudi par une note blanche des services de renseignements. Ces derniers surveillaient les discours de l'imam depuis 2013.

Dans ses prêches, El Hadi Doudi appelait notamment "à la défaite et à la destruction des mécréants", incitant "à l'application de la loi du talion à l'encontre de ceux qui combattent Dieu et son prophète et à l'égard desquels la sentence de Dieu est la mort ou la crucifixion".

La préfecture évoquait aussi des propos présentant les juifs "comme des 'impurs', 'les frères des singes et des porcs'". D'après les autorités, El Hadi Doudi avait même incité ses fidèles "à prononcer la formule 'Allah akbar' dans les lieux publics pour 'effrayer les mécréants'".

Avec AFP

Première publication : 20/04/2018

  • FRANCE

    "Ma chère fille salafiste", récit d'une mère sur la radicalisation de son enfant de 12 ans

    En savoir plus

  • FRANCE

    Visé par une plainte pour viol et agressions sexuelles, l'islamologue Tariq Ramadan dément

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    "La vraie religion", l’influente organisation salafiste dans le collimateur des autorités allemandes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)