Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"La Grèce, ses blessures fermées, et celles qui restent ouvertes"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

Espagne: manifestation de soutien aux prisonniers de l'ETA à Bilbao

© AFP | Manifestation de soutien aux prisonniers de l'ETA à Bilbao, dans le nord de l'Espagne, le 21 avril 2018

BILBAO (ESPAGNE) (AFP) - 

Des milliers de personnes ont manifesté samedi à Bilbao, dans le nord de l'Espagne, pour réclamer de meilleures conditions de détention pour les membres de l'ETA emprisonnés, quelques semaines avant la dissolution annoncée de l'organisation séparatiste basque.

Scandant "prisonniers basques à la maison" et brandissant des drapeaux basques rouge-vert-blanc, les manifestants ont demandé que les prisonniers soient transférés plus près de leur région d'origine alors qu'ils sont détenus à des centaines de kilomètres de là.

La manifestation survient au lendemain de la déclaration historique de l'ETA qui a demandé "pardon" à ses victimes, préambule à la dissolution unilatérale du groupe séparatiste qui devrait avoir lieu en mai.

Cette déclaration presque 60 ans après sa création en 1959 a déclenché une polémique car l'organisation a réservé ce pardon aux seules victimes n'ayant pas participé au conflit.

Le gouvernement espagnol a été sollicité pour autoriser le transfert des prisonniers de l'ETA vers le Pays basque pour que leurs proches âgés puissent leur rendre visite.

La plupart des prisonniers de l'ETA sont soumis au régime de détention le plus strict qui les autorise des promenades de trois à quatre heures par jour dans la cour mais leur interdit les permissions de sortie.

Ce régime s'applique aux criminels les plus dangereux et les avocats de l'ETA assurent que leurs clients ne font pas partie de cette catégorie.

Quelque 300 membres de l'ETA sont emprisonnés en Espagne, en France et au Portugal et une centaine sont en fuite, selon le Forum Social, une association qui réunit des proches des prisonniers.

Le gouvernement espagnol a d'ores et déjà fait savoir que les prisonniers liés aux enlèvements et aux extorsions ne pourraient pas bénéficier d'un régime de détention plus clément.

© 2018 AFP