Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Un archevêque australien condamné pour avoir couvert un pédophile"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Mark Zuckerberg: "opération contrition"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Opération antiterroriste au Burkina Faso : 3 "présumés jihadistes" abattus

En savoir plus

LE DÉBAT

Plan banlieue en France : Macron annonce une "nouvelle méthode"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mai 68 revisité à travers ses affiches

En savoir plus

FOCUS

France : les nouveaux partis politiques sur les bancs de l'école

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Entre les États-Unis et l'Iran, "le fossé"

En savoir plus

L’invité du jour

Roland Lehoucq : "On peut pratiquer les sciences en analysant Star Wars"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

France : nouvelle journée de grève des fonctionnaires

En savoir plus

Tampons bios et coupes menstruelles n'empêchent pas le syndrome du choc toxique (étude)

© AFP | Des tampons hygiéniques photographiés à Nantes, dans l'ouest de la France, le 24 février 2016

TAMPA (ETATS-UNIS) (AFP) - 

Les tampons hygiéniques en coton bio sont souvent présentés comme étant plus sûrs que les classiques, mais ils ne sont en fait pas plus efficaces pour empêcher le syndrome du choc toxique, selon une étude publiée vendredi.

Les coupes menstruelles peuvent elles aussi augmenter le risque de choc toxique et les femmes les utilisant doivent les faire bouillir entre chaque utilisation, selon le journal de la Société américaine de microbiologie, "Applied and Environmental Microbiology".

Il est depuis longtemps conseillé aux femmes de changer de tampon régulièrement pour éviter un choc toxique, une affection rare et potentiellement mortelle due au staphylocoque doré.

Ces dernières années, de nouveaux produits ont fait leur apparition, comme des tampons en coton bio et des coupes menstruelles lavables.

Les chercheurs ont testé onze types de tampons et quatre coupes menstruelles en laboratoire pour étudier leur effet sur le développement du staphylocoque doré.

Ils ont placé les tampons et les coupes dans des sacs en plastique puis injecté du liquide et une trace de bactérie prélevée sur une patiente ayant subi un choc toxique en 2014, puis les ont fermés et laissés ainsi pendant huit heures.

Leur conclusion: le type de tampon ne fait pas de différence tandis que la quantité d'air entre les fibres semble augmenter le risque de croissance de la bactérie.

"Nos résultats ne soutiennent pas l'hypothèse qui suggère que les tampons composés exclusivement de coton bio pourraient être intrinsèquement plus sûrs que ceux faits d'un mélange de coton et de rayonne", a dit Gérard Lina, professeur de microbiologie à l'université Claude Bernard de Lyon, en France.

"Nous avons observé que l'espace entre les fibres qui contribue à l'apport d'air dans le vagin représente également le site majeur de croissance" du staphylocoque doré.

Les coupes menstruelles semblent elles permettre un développement encore plus accru de bactéries que les tampons, ce qui s'expliquerait là aussi par l'apport d'air supplémentaire qu'elles laissent passer.

Il existe au moins un cas recensé de femme ayant souffert du syndrome du choc toxique après avoir utilisé une coupe menstruelle.

"On avance depuis des années que si les tampons étaient faits de matériaux naturels, les chocs toxiques pourraient peut-être être évités. Cette nouvelle étude récemment publiée démontre clairement que ceci est faux", analyse Adi Davidov, responsable du département de gynécologie à l'hôpital universitaire américain de Staten Island, qui n'a pas participé à ces recherches.

© 2018 AFP